Publicité
14 septembre 2019 - 11:30

« Dans la tête de François à l’école »!

Un nouveau partenariat avec l’organisme Lis avec moi

Par Salle des nouvelles

Les créateurs de la bande dessinée Dans la tête de François et de la nouvelle série jeunesse Les gentils chenapans amorcent une nouvelle collaboration avec l’organisme Lis avec moi. En effet, l’auteur François St-Martin et l’illustrateur Marc Bruneau offrent désormais des animations à la grandeur du Québec par l’entremise de cet organisme voué à la promotion du plaisir de lire et de la littérature auprès des jeunes de 0 à 12 ans. 

Tout au long de l’année, Lis avec moi travaille avec une équipe d’animateurs et de comédiens chevronnés qui sillonnent les routes du Québec dans le but de faire vivre le livre dans les écoles, les bibliothèques et les organismes. François St-Martin et Marc Bruneau proposent, à l’intérieur de cette programmation, des animations principalement axées vers le plaisir de jouer avec les mots et de dessiner. 

Pour réservations et informations, il suffit de communiquer avec Lis avec moi au 450 978-2565 ou à [email protected] Les descriptions d’ateliers sont également disponibles sur le site www.lisavecmoi.com. L’organisme est inscrit au répertoire Culture à l’école. 

Dans la tête de François est une série de bandes dessinées humoristiques diffusées sur le Web et publiées dans une série de livres. Le 4e volume paraîtra d’ailleurs cet automne. Le duo de créateurs a également lancé cette année le livre Les gentils chenapans jouent avec les mots, une bande dessinée destinée aux 8 ans et plus, ayant comme thématique la langue française. Parmi les autres projets en cours, notons la conception d’une trousse de sensibilisation sur la déficience intellectuelle et l’autisme, destinée aux écoles primaires. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.