Publicité
6 juin 2019 - 14:00

Les élèves du CMI affrontent la course à obstacles Spartan Kids

Par Salle des nouvelles

Le 18 mai dernier, une vingtaine d’élèves du Collège Marie-de-l’Incarnation ont participé à la course à obstacles Spartan Kids qui avait lieu à Morin-Heights. Cette participation était l’aboutissement de plusieurs mois d’entraînement au sein du Club Spartan Kids CMI fondé à l’automne 2018.

En plus de suivre un programme d’exercices à faire à la maison, les jeunes, âgés de 9 à 12 ans, se sont entraînés avec persévérance pendant toute l’année scolaire à raison d’un midi par semaine. En mettant sur pied un tel club pour des élèves du primaire, le CMI devient un des pionniers dans le domaine des courses à obstacles, une discipline qui ne cesse de gagner en popularité sur la scène sportive mondiale. L’équipe de coachs du club, composée de Stéphanie Cousin, Marie-Ève Girard et Pierre Lemieux, fait aussi la promotion de l’activité physique et des saines habitudes de vie.

La course du 18 mai à Morin-Heights consistait en un parcours de trois kilomètres, comprenant une vingtaine d’obstacles : corde à grimper, palissades à franchir, distance à faire en rampant, sacs de sable à transporter, etc. Le mouvement Spartan encourage les jeunes à repousser leurs limites tout en maintenant un esprit d’entraide et de camaraderie.

Le CMI est fier des résultats de sa délégation. Chez les filles, Mia Crespy Marin et Maély Thiffault Abran se sont distinguées en occupant respectivement la quatrième et la cinquième place. Chez les garçons, Félix Germain et Émile Lavoie ont occupé respectivement le quatrième et le cinquième rang.

Le Collège Marie-de-l’Incarnation était la seule école à inscrire une délégation d’élèves à la version élite de cette épreuve.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.