Publicité
2 novembre 2019 - 09:00

Opération anti-drogue

Perquisitions et arrestations pour trafic de stupéfiants

Par Salle des nouvelles

Les enquêteurs de la Direction de la police de Trois-Rivières ont procédé tôt jeudi matin à deux perquisitions et à quatre arrestations en lien avec le trafic de stupéfiants.

L’opération antidrogue fait suite à des informations reçues par les enquêteurs, mentionnant que deux résidences visées par les perquisitions étaient des points de vente de stupéfiants. Compte tenu que les informations faisaient état d’une présence possible d’armes à feu, les policiers du groupe tactique d’intervention de la Sûreté du Québec ont assisté les enquêteurs lors de ces perquisitions.

Stupéfiants et possession d'armes

Au total, quatre suspects qui se trouvaient sur les lieux de ces perquisitions ont été arrêtés et conduits au Quartier général de la police de Trois-Rivières, afin de passer devant les enquêteurs. La fouille des deux résidences situées sur la rue St-Philippe, dans le secteur du centre-ville, aura permis de saisir de la métamphétamine, de la cocaïne et du haschish. De plus, un taser ainsi qu’une carabine à plomb ont été saisis.

Des comparutions en lien avec la possession et le trafic de stupéfiants vont suivre au Palais de justice de Trois-Rivières.

La Direction de la police de Trois-Rivières rappelle que toute personne, voulant partager des renseignements de façon confidentielle, peut le faire par le programme "Halte au crime" en communiquant au numéro 819-691-2929,

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.