Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Trois nouveaux docteur honoris causa à l'UQTR

durée 10h41
9 mai 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Salle des nouvelles

Trois personnes d’exception recevront un prestigieux doctorat honoris causa de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) afin de souligner leurs parcours personnel et professionnel des plus inspirants.

Les remises se feront lors des prochaines cérémonies de collation des grades, prévues les 8 et 9 juin à l’Amphithéâtre Cogeco alors que Luc Tardif, Denis Vaugeois et Yves Winkin seront honorés par l’Université.

Luc Tardif

Personnage phare du développement et de la gestion du hockey en France depuis plus de 20 ans, Luc Tardif a notamment fondé la Fédération française de hockey sur glace en 2006, un organisme qu’il préside encore à ce jour. Ses nombreuses implications sur la scène du hockey français et international ont largement contribué à sa nomination, en 2021, au prestigieux poste de président de la Fédération internationale de hockey sur glace. Il est ainsi à la tête des plus grands événements de hockey internationaux, comme les championnats du monde et les championnats du monde junior.

Avant de devenir l’un des plus importants acteurs du développement du hockey sur la scène mondiale, le Trifluvien d’origine a connu une brillante carrière en tant que joueur. Durant ses 16 saisons en France et en Belgique, il a remporté sept championnats nationaux et six titres de meilleur buteur de la ligue. Rappelons également qu’il a évolué avec les Patriotes de l’UQTR, avec qui il a remporté deux championnats (1974 et 1975), avant de partir vers la France pour entamer sa carrière de hockeyeur professionnel.

Denis Vaugeois

Comme historien, éditeur et bâtisseur d’institutions culturelles, Denis Vaugeois a quant à lui consacré sa vie à la démocratisation et à la valorisation de la culture québécoise. Après un début de carrière en enseignement au Séminaire de Trois-Rivières (1955-1956) et à l’École normale Duplessis (1959 à 1965), l’homme originaire de St-Tite s’investit à travers divers postes importants dans l’administration publique entre 1965 et 1976, dont plusieurs où il représente le Québec à l’international. Ses expériences pavent la voie à une brillante carrière politique alors qu’il est élu député de Trois-Rivières en novembre 1976. Durant son passage d’une dizaine d’années en politique, il est notamment nommé ministre des Affaires culturelles en 1978, ministre des Communications en 1979 et vice-président du Conseil du Trésor en 1980.

En tant qu’auteur, fondateur de deux maisons d’édition presque exclusivement dédiées à la diffusion de l’histoire (Boréal et Septentrion) et de directeur des Presses de l’Université Laval, Denis Vaugeois a participé à la diffusion de plus d’un millier d’ouvrages, dont environ 400 en histoire. Il a également été un véritable architecte et un pilier du développement culturel en Mauricie, notamment en contribuant à la réalisation de la Salle J.-Antonio Thompson, à la restauration du monastère des Ursulines et à l’implantation d’un programme d’interprétation au lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice.

Yves Winkin

De son côté, Yves Winkin a grandement influencé la création du baccalauréat en communication sociale de l’UQTR, qui célèbre cette année ses 25 ans d’existence. Le professeur et chercheur d’origine belge est hautement reconnu pour sa contribution aux théories de la communication et pour son élaboration d’une anthropologie de la communication. Il a grandement participé à l’introduction, dans le monde francophone, de plusieurs courants d’idées des sciences humaines et sociales américaines qui ont modelé les bases de la communication sociale.

Retraité depuis 2019, mais toujours bien actif à travers de multiples publications et collaborations, M. Winkin a connu une riche carrière de chercheur et de professeur, notamment à l’Université de Liège, à l’École normale supérieure de Lyon, ainsi qu’au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) de Paris. Il a de plus été directeur du musée des Arts et Métiers (Paris), de 2015 à 2019. Ses nombreux ouvrages sur la communication ont été traduits dans plusieurs langues et l’ont amené à travailler aux quatre coins de la planète.

« C’est avec énormément de fierté que nous soulignons la réussite de ces personnes exceptionnelles, dont le cheminement professionnel, l’engagement et la persévérance sauront inspirer nos étudiants dans la poursuite de leurs études ou le début de leur carrière professionnelle. Ce que messieurs Tardif, Vaugeois et Winkin laissent en héritage dans leurs domaines respectifs, justifie les plus grands honneurs et témoignages d’appréciation que nous pouvons leur rendre », souligne Christian Blanchette, recteur de l’UQTR.

Rappelons que le doctorat honoris causa est attribué à une personne extérieure à l’Université, d’une grande renommée, qui s’avère hautement représentative des valeurs éducatives de l’établissement. Les lauréats se distinguent notamment par leur apport scientifique, social, culturel, artistique ou humanitaire exceptionnel.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 février 2024

Sondage: seulement 63 % des Québécois croient que la place des jeunes est à l'école

Même si une majorité de Québécois souhaitent une meilleure valorisation de la persévérance scolaire, seulement 63 % d'entre eux estiment que la place d'un jeune est à l'école et que son tout premier métier est d'être un élève, suggère un nouveau sondage.  Environ 18 % des répondants ont indiqué être en désaccord avec cette affirmation, tandis ...

15 janvier 2024

La motivation des élèves dans le contexte de rattrapage scolaire peut varier

Alors que les élèves doivent mettre les bouchées doubles à l'école pour rattraper le retard causé par la grève du secteur public, certains élèves peuvent se sentir démotivés, mais d'autres, au contraire, sont enthousiastes face au retour en classe.  Pour les écoles dont les enseignants sont représentés par la Fédération autonome de ...

8 janvier 2024

Rattrapage post-grève: Éric Gingras croit possible de ne pas amputer la relâche

Alors que le plan de rattrapage scolaire doit être dévoilé mardi, à la suite de la grève ayant touché le milieu de l'éducation, le président de la CSQ, Éric Gingras, croit possible de «faire des ajustements» sans avoir à amputer la semaine de relâche ou prolonger les classes en juin. Il faut dire que la Centrale des syndicats du Québec, qui fait ...