Publicité

6 juillet 2021 - 15:00

48 élèves participants

Un projet créatif pour les élèves de l’école Notre-Dame à Durham-Sud

Par Catherine Deveault

Afin de stimuler la créativité des jeunes, ce printemps dernier, la nouvelle équipe de la SSJB (Société Saint-Jean-Baptiste) section locale de Durham-Sud/Lefebvre a soumis aux enseignants de l’école Notre-Dame de Durham-Sud un projet artistique de fin d’année.

En effet, la présidente Mélanie Poirier et Annie Gendron, une des administratrices de la SSJB, ont rencontré la directrice Maryse Fontaine afin de soumettre l’idée de faire participer les jeunes en les invitant à créer une œuvre inspirée d’un rêve. Ceux-ci devaient donc interpréter un de leur rêve sous la forme d’un dessin, d’une peinture ou d’une sculpture. La réceptivité du projet fut très positive car 48 élèves ont relevé le défi haut la main. 

Afin de souligner leur effort et leur implication, l’équipe de la SSJB a remis 750 $ en prix de participation tels que des articles promotionnels de la SSJB et des exemplaires du livre Quand la poésie épouse l’art – Illusions décolorées publié par Les Éditions mp tresart. D’ailleurs, la Galerie mp tresart a eu le privilège d’accueillir quelques élèves et de les photographier avec leur dessin. 

« Il s’agit d’une expérience enrichissante pour nos jeunes. L’équipe de la SSJB (section locale de Durham-Sud/Lefebvre) souhaite poursuivre cette collaboration avec l’école en présentant un nouveau projet cet automne », souligne Mélanie Poirier.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.