Publicité

21 juin 2021 - 10:00

Pour apprendre différemment 

Inauguration de bâtiments agroalimentaires à l'école Louis-de France

Par Catherine Deveault

C’est en présence de M. André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, que Julia Grenier, directrice générale d'AgrÉcoles, et Maryse Côté, directrice de l’école  Louis-de-France, ont inauguré une grande serre et une salle de classe extérieure construites sur le terrain de l’établissement. 

Grâce à ce projet, les élèves se familiariseront davantage à l’agroalimentaire, seront sensibilisés à leur environnement et adopteront de saines habitudes de vie. 

La serre de culture maraîchère, qui est implantée à l’école depuis quelque temps déjà, sera fonctionnelle à l’année. D’une grandeur de 25’ x 48’, une grande variété de cultures en bacs et sur tables meublera l’endroit. Avec l’implantation d’une salle de classe intégrée, les jeunes ont maintenant un beau terrain de jeu pour explorer cet univers.

Un projet d'envergure

Les aliments locaux, le compostage, les insectes comestibles, la mise en  conserve et les métiers agroalimentaires sont tous des sujets d’étude à portée de main. 

Une classe extérieure avec deux zones d’apprentissage se trouve aussi sur le terrain de l’école. L’infrastructure est composée de deux toitures qui recueillent l’eau en un seul point, une cuve de conditionnement des légumes et un puit de lumière. 

Les nouveaux bâtiments sont entourés d’un chemin nature en pierres. Quatre jardins  thématiques s’y trouvent : le jardin des odeurs, le jardin médicinal, le jardin des  pollinisateurs et le jardin comestible. Le chemin est bonifié avec l’ajout d’un banc de  l’amitié et une arche en saule.  

« Je suis fier d’assister à l’inauguration de bâtiments à l’école Louis-de-France qui offriront aux élèves de nouveaux lieux d’apprentissage dans le cadre du programme L'agroalimentaire s'invite à l’école! C’est avec beaucoup d’admiration que je découvre aujourd’hui cette serre 4 saisons et cette nouvelle classe extérieure. Je salue la créativité du personnel dont la vision pour l’éducation est innovante et rafraîchissante.

« Leur dévouement et leur passion se sont concrétisés en amenant leur enseignement à un autre niveau. Je suis convaincu que ces bâtiments permettront aux élèves d’apprendre  différemment en se familiarisant avec les rouages du secteur agroalimentaire. Je souhaite que ce brillant rapprochement entre les jeunes et l’agriculture soit le fleuron d’une nouvelle génération de passionnés », souligne André Lamontagne, député de Johnson.

Ce n’est qu’un début

AgrÉcoles amorcera, dès septembre 2021, le transfert du programme pédagogique L’Agroalimentaire s’invite à l’école dans d’autres écoles. L’expérience acquise à l’école Louis-de-France a permis de développer la méthode et les outils nécessaires à une implantation maximisée et durable, en plus d’éviter les nombreux écueils. AgrÉcoles désire que l’agroalimentaire soit intégré dans la vie scolaire de plusieurs milliers d’élèves au Québec.  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.