Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Le Collège Marie-de-l’Incarnation souhaite amasser 250 000 $ pour revitaliser ses installations sportives

Une campagne de financement majeure pour renforcer l’esprit d’équipe

durée 15h00
11 janvier 2021
Jean-Francois Desbiens
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le Collège Marie-de-l’Incarnation a lancé officiellement aujourd’hui sa campagne majeure de financement : pour renforcer l’esprit d’équipe.

L’objectif principal est d’amasser 250 000 $ pour revitaliser les installations sportives du Collège.

Comme son nom l’indique, en plus d’investir dans les infrastructures du Collège, ce projet vise à propulser le potentiel sportif et personnel de ses élèves en les encourageant à se dépasser, à demeurer actifs tout en renforçant leur sentiment d’appartenance ainsi que leur bien-être.

Les projets de cette campagne consisteront à la remise à neuf de la surface du gymnase, des vestiaires, des installations sanitaires et la construction d’un lounge.

Les nouveaux aménagements arboreront les couleurs de nos équipes sportives « Les Panthères ».

La réalisation des projets est prévue pour le début de l’année scolaire 2021-22.

Dès les premiers instants, les Caisses Desjardins de la ville de Trois-Rivières se sont jointes à la campagne à titre de grands bâtisseurs grâce à une contribution de 45 000$.

« Chez Desjardins, nous sommes tous engagés pour la jeunesse et nous voulons jouer un rôle actif dans son développement et sa réussite. Au-delà de notre soutien financier, nous désirons offrir aux jeunes un milieu stimulant pour les inciter à persévérer et se surpasser, tant dans leurs études que dans les activités sportives qu'ils pratiquent », mentionne David Bélanger, directeur général de la Caisse Desjardins de Trois-Rivières.

Communauté d'anciennes et d'anciens

La campagne unit une communauté tissée serrée d’anciennes et d’anciens du CMI.

En date d’aujourd’hui, c’est plus de 130 000 $ que la Fondation du Collège Marie-de-l’Incarnation a amassés pour renforcer l’esprit d’équipe.

Cette campagne pour la revitalisation des installations sportives va au-delà de l’esthétisme. Offrir un environnement moderne et adapté aux besoins actuels des élèves leur permettra de s’épanouir dans la pratique d’activités physiques ainsi que de favoriser les saines habitudes de vie.

Animé par plus de 324 ans d’histoire, le Collège désire développer un esprit d’équipe fort qui permettra de poursuivre la mission du Collège et de se propulser vers l’avenir.

Plusieurs activités de financement auront lieu au cours des prochains mois, dont LA GRANDE SOIRÉE 2021 qui se tiendra dans une formule « à la maison » le 5 février 2021.

Pour tous les détails de cette campagne majeure de financement : www.cmitr.qc.ca/campagne-majeure

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 février 2024

Sondage: seulement 63 % des Québécois croient que la place des jeunes est à l'école

Même si une majorité de Québécois souhaitent une meilleure valorisation de la persévérance scolaire, seulement 63 % d'entre eux estiment que la place d'un jeune est à l'école et que son tout premier métier est d'être un élève, suggère un nouveau sondage.  Environ 18 % des répondants ont indiqué être en désaccord avec cette affirmation, tandis ...

15 janvier 2024

La motivation des élèves dans le contexte de rattrapage scolaire peut varier

Alors que les élèves doivent mettre les bouchées doubles à l'école pour rattraper le retard causé par la grève du secteur public, certains élèves peuvent se sentir démotivés, mais d'autres, au contraire, sont enthousiastes face au retour en classe.  Pour les écoles dont les enseignants sont représentés par la Fédération autonome de ...

8 janvier 2024

Rattrapage post-grève: Éric Gingras croit possible de ne pas amputer la relâche

Alors que le plan de rattrapage scolaire doit être dévoilé mardi, à la suite de la grève ayant touché le milieu de l'éducation, le président de la CSQ, Éric Gingras, croit possible de «faire des ajustements» sans avoir à amputer la semaine de relâche ou prolonger les classes en juin. Il faut dire que la Centrale des syndicats du Québec, qui fait ...