Publicité

29 mai 2020 - 14:43

Dix-sept marchands collaborateurs de la Mauricie ont été des partenaires

La première cohorte du DEP en Boucherie de détail en alternance salue ses 14 diplômés

Par Salle des nouvelles

C’est aujourd’hui que les 14 élèves de la première cohorte du DEP en Boucherie de détail ATEplus recevront leur attestation de réussite. Tout au long de ce projet, les 17 marchands collaborateurs de la Mauricie ont été des partenaires indispensables en accueillant les élèves au sein de leur organisation, et ce, tout au long de leur formation.

Le projet a pu se réaliser grâce à une implication majeure de l'Association des détaillants en alimentation du Québec. Ce programme est financé par le Fonds de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d'œuvre (FDRCMO), qui est sous la responsabilité de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT). Cette dernière offre des programmes avec le soutien du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Entre 60% en classe et 40% en entreprise

La grande particularité de cette cohorte vient du fait que les élèves ont été rémunérés tout au long de leur formation autant lors de leurs apprentissages en classe (60 %) qu’en entreprise (40 %).

De plus, les élèves ont bénéficié de 360 heures de stage à même une entreprise de la région. La formule alternance travail-études est un modèle d’enseignement qui gagne en popularité au Centre de formation professionnelle Bel-Avenir.

« Nous sommes fiers d’offrir un programme adapté aux besoins et à la réalité des élèves et des entreprises de la région. Ce programme, sous forme "Alternance travail-études", favorise les apprentissages et la motivation des élèves tout en développant une meilleure rétention d’employés chez nos marchands locaux. Comme commission scolaire, nous avons à cœur le développement de la main-d’œuvre qualifiée, contribuant ainsi à l’essor de notre région », explique Luc Galvani, directeur général de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Nouvelle cohorte à l’été 2020

« Nous terminons la première année du programme et pour nous, Métro Rouillard, ce fut un succès sur toute la ligne, assure Guillaume Rouillard, propriétaire de Métro Rouillard de Pierreville. Ce programme a permis à Alexander Trombley d’avoir accès à de la formation qualifiée. Maintenant, Alexander est officiellement employé chez Métro à Pierreville, et ce, avec des perspectives d’avenir très intéressantes. D'ailleurs, nous encourageons les jeunes à s’inscrire dans ce programme, garant d’avenir. »

C’est avec beaucoup de fierté que le Centre de formation professionnelle Bel-Avenir débutera une deuxième cohorte dès le 31 août prochain. Une fois de plus, cette cohorte sera entièrement rémunérée et effectuera 40 % de ses apprentissages chez des marchands de la région. Toute personne intéressée par ce programme peut communiquer directement avec le SARCA au 819 840-0448.

« L'approche de l’alternance travail-étude (ATE) est de plus en plus pratiquée au Québec et c’est une formule gagnante pour toutes et tous. La réussite de cette première cohorte en boucherie en est la preuve vivante! Je salue l'agilité, la créativité et la détermination des étudiants et partenaires qui ont fait de ce projet un succès »,  souligne Audrey Murray, Présidente de la Commission des partenaires du marché du travail.

« Initialement, je me suis inscrit à cette formation sans savoir que nous allions être rémunérés, affirme Jean-René Delaire, finissant de la première cohorte du DEP en Boucherie de détail en alternance travail-études Or. Lorsque nous avons su que le programme allait être basculé en ATEplus, j'étais très heureux. Je souhaite remercier les enseignants qui nous ont transmis leur passion de leur métier tout au long de leur enseignement. Cette formation m'a permis d'acquérir des connaissances essentielles dans mon futur métier de boucher. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.