Publicité

11 mai 2020 - 15:07 | Mis à jour : 15:28

Respect de la réglementation aux abords des écoles

Les retours en classe impliquent celui de la surveillance des zones scolaires

Par Salle des nouvelles

Dès aujourd'hui, les policiers de la Direction de la police de Trois-Rivières reprennent les surveillances des zones scolaires.

Ainsi, de nombreuses opérations seront réalisées par les patrouilleurs afin de faire respecter la réglementation aux abords des écoles, notamment, le respect du brigadier scolaire aux traverses des écoliers, les zones de débarcadères des écoles, ainsi que la vitesse dans les zones scolaires.

À noter que depuis 2019, les amendes sont doublées dans les zones de 30 km/h, à l’image des zones de construction. Ainsi, selon l’article 516.2 du Code de la sécurité routière, "le conducteur d’un véhicule routier qui excède la limite de vitesse permise dans une zone scolaire est passible d’une amende égale au double de celle prévue à l’article 516. Infraction commise entre le 1er septembre et le 30 juin."

Il est également important de rappeler aux automobilistes que le panneau d’arrêt du brigadier scolaire a la même exigence légale qu’un panneau d’arrêt à une intersection. À noter que l’amende est également doublée au montant de 200 $.

La Direction de la police de Trois-Rivières souhaite que le retour en classe se fasse en toute sécurité et que les efforts déployés incitent les conducteurs à adopter des comportements sécuritaires en tout temps.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.