Publicité
5 novembre 2019 - 06:00

Aux Journées portes ouvertes du 2 novembre

Près de 1000 visiteurs ont découvert l'UQTR, malgré les pannes d'électricité

Par Salle des nouvelles

Ce sont plus de 1000 visiteurs qui se sont présentés à la Journée portes ouvertes de  l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), samedi 2 novembre. Plusieurs parents et amis ont pu se renseigner sur de nombreux aspects de la vie étudiante, notamment les programmes d’études, les services aux étudiants, les échanges internationaux ainsi que les activités culturelles et sociales.

Une cinquantaine de kiosques d’information étaient animés par de nombreux professeurs, employés et étudiants devenus de réels ambassadeurs pour l’occasion. Les participants ont eu l’occasion de découvrir, grâces aux visites guidées, les principales installations du campus comme la bibliothèque, les laboratoires, les résidences, le Centre de l’activité physique et sportive (CAPS) Léopold-Gagnon, et le café bistro la Chasse-galerie.

L'UQTR accueille plus de 14 000 étudiants répartis dans quelque 280 programmes aux trois cycles d’études. Près des trois quarts de cet effectif étudiant proviennent de l’extérieur de la Mauricie.

Portes ouvertes du campus de Drummondville

Les futurs étudiants seront également invités à découvrir le campus de l’UQTR à Drummondville, le samedi 16 novembre, de 13h à 16h. Toutes les informations sur les programmes spécifiquement offerts à ce campus sont disponibles.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.