Publicité

20 octobre 2021 - 11:47

Elle permet de produire plus de 300 tonnes métriques d’asphalte par heure

Maskimo investit 5 M$ pour acheter une usine mobile d’enrobés bitumineux

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Matériaux Routiers Maskimo, une division du Groupe Maskimo fondée en Mauricie, vient d’annoncer sa dernière acquisition d’équipement neuf à la fine pointe de la technologie, une usine mobile d’enrobés bitumineux qui a nécessité un investissement de plus de 5 millions de dollars.

Équipée d’un système de contrôle du procédé et d’automatisation de haute performance, cette usine d’enrobés bitumineux permet de produire plus de 300 tonnes métriques d’asphalte par heure.

L’usine est également munie d’un système d’incorporation de matériaux recyclés et peut produire des quantités importantes d’asphalte en consommant moins de ressources naturelles vierges.

Jusqu’à 25 % d’asphalte recyclé peut y être incorporé. De ce fait, de nombreux gaz à effet de serre peuvent être évités.

Cette usine mobile est également très performante et surpasse les normes environnementales en vigueur à plusieurs niveaux, que ce soit par les émissions atmosphériques, le bruit, ou la poussière.

« Cette acquisition nous permettra de sortir de la Mauricie pour exécuter des travaux de grande envergure auxquels nous n’aurions pas eu accès auparavant, souligne Christian Charette, Directeur – Production et Ressources matérielles du Groupe Maskimo. Bien entendu, on déplace une usine comme celle-ci pour des projets à gros volume, on parle d’au moins 30 000 tonnes métriques d’asphalte. Ça représente environ 10 à 12 km de tronçon de route ! Actuellement nous sommes les seuls à posséder ce type d’équipement à la fi ne pointe et automatisé dans la région, c’est donc une belle opportunité pour nous de nous démarquer parmi la concurrence ici et même ailleurs. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.