Publicité

26 octobre 2020 - 12:00

Les entreprises auront accès à de l'accompagnement

Près de 1 M$ pour l'Espace d'accélération et de croissance de la Mauricie

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La députée de Laviolette-Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, a annoncé aujourd’hui qu'une aide financière de près de 1 M$ a été octroyée à l'Économie du savoir Mauricie pour la mise en place de l'Espace d'accélération et de croissance de la Mauricie.

Ce lieu de convergence facilitera la concertation, la collaboration et la communication entre les acteurs socioéconomiques de la région.

Les entreprises auront accès à de l'accompagnement afin d'optimiser leurs façons de faire pour résoudre les problèmes rencontrés.

Des formations spécialisées seront également offertes à une trentaine d'entreprises sur des thèmes innovants.

Une somme de 559 093 $ a été accordée à ce projet par le ministère des Affaires municipales et de l'Habitation dans le cadre du Fonds d'appui au rayonnement des régions (FARR).

Pour sa part, le ministère de l'Économie et de l'Innovation y contribue avec un investissement de 438 630 $ provenant du Programme d'aide à l'entrepreneuriat (PAEN).

« Notre gouvernement est fier de prendre part au développement du secteur numérique mauricien, affirme Mme Tardif. À cet égard, l'Espace sera un lieu de convergence des expertises régionales vouées à l'innovation. De nouvelles initiatives verront ainsi le jour et j'en suis heureuse! »

Le président de la Table des élus de la Mauricie, préfet de la MRC de Maskinongé et président du comité régional de sélection de projets du Fonds d'appui au rayonnement des régions Robert Lalonde s’en réjouit également.

« Les membres du comité régional de sélection de projets du Fonds d'appui au rayonnement des régions sont fiers de soutenir cette initiative grâce à une somme de 559 093 $ pour les années 2019 à 2022. La participation du FARR contribuera à la mise en place de l'Espace d'accélération et de croissance de la Mauricie. Les élus reconnaissent l'expertise d'Économie du savoir Mauricie (ESM) ainsi que sa légitimité pour un tel mandat. L'accompagnement proposé par ESM dans le développement de nos PME favorisera l'innovation, la croissance et la performance économique de nos entreprises. »

« Nous sommes très enthousiastes de pouvoir offrir cette opportunité aux entreprises de la Mauricie, ajoute le président d'Économie du savoir Mauricie Simon Charlebois. En choisissant d'intégrer l'innovation à leurs pratiques d'affaires, les entreprises progressent vers une plus grande compétitivité, deviennent plus productives et plus prospères. Une belle initiative qui aura un impact positif sur la richesse économique régionale. »

Faits saillants :

• Le Programme d'aide à l'entrepreneuriat (PAEN) vise à intervenir à toutes les étapes de vie d'une entreprise, soit le démarrage, la croissance, la consolidation, le transfert ou l'acquisition, afin de développer et de soutenir l'entrepreneuriat au Québec. Ce programme contribue entre autres à accroître les activités entrepreneuriales chez les groupes sous-représentés ou défavorisés, à améliorer l'accessibilité au financement pour les clientèles ayant des besoins spécifiques et à hausser le taux de survie des entreprises.

• Le FARR permet aux élus municipaux et régionaux de soutenir des projets structurants qui contribueront à maximiser le développement des communautés.

• Depuis le début du FARR, une aide financière totalisant près de 12,3 M$ a déjà été annoncée pour la réalisation de 74 projets et ententes sectorielles en Mauricie.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.