Publicité

11 mai 2020 - 12:00

PANDÉMIE COVID-19

Au tour des grandes entreprises d'être soutenues pendant la crise

Gabrielle Denoncourt

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Après avoir aidé les petites et moyennes entreprises (PME), le fédéral offre un nouveau programme pour les grandes entreprises qui ne peuvent obtenir de fonds par d’autres moyens afin de traverser cette crise. 

Le Crédit d’urgence canadien est régi par Exportation et développement Canada et la Banque du développement du Canada qui travailleront avec les secteurs privés. Les capitaux accessibles représentent plusieurs dizaines de millions de dollars. Le gouvernement offrira cette aide à toutes les entreprises canadiennes de tous les secteurs de l’industrie et de toutes les régions du pays. 

« Je veux être clair. Il s’agit d’un financement de transition et non un chèque en blanc. On accorde du soutien aux plus gros employeurs pour protéger des millions d’emplois à travers le pays », prévient le premier ministre du Canada.  

Plusieurs objectifs 

Ottawa s’est basé sur plusieurs principes de base pour mettre en place ce programme. L’un des objectifs est d’éviter que les entreprises déclarent faillite. M. Trudeau explique que le but n’est pas de financer des entreprises non rentables ou qu’elles utilisent l’argent pour entreprendre une restructuration. Le programme ne s’adressera pas non plus aux entreprises qui n’en ont aucunement besoin. Et le plus important, est de protéger les emplois des gens. 

Des engagements pour éviter la fraude

Les entreprises sont bien prévenues qu’elles devront respecter certains engagements. Elles devront maintenir les emplois et leurs investissements, respecter les conventions collectives et les obligations aux Régimes de retraite et prendre des engagements en matière d’environnement.  

Dans l’intention de contrer l’évitement et l’évasion fiscale, les dirigeants seront dans l’obligation de partager avec le gouvernement leurs structures financières complètes lors de la demande de soutien. De plus, il y a aura des limites fermes pour les dividendes, les rachats d’action et la rémunération des dirigeants. 

Situation au Canada 

Depuis le début de la pandémie, on compte un total de 69 157 de cas à la COVID-19 et 4 971 décès et 32 486 personnes rétablis.

À lire également : 
Ottawa relance l'économie en cédant un crédit d'urgence aux grandes entreprises

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.