Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
2 mars 2018 - 08:55

Rendez-vous branché de Trois-Rivières : les citoyens de la région ont testé les avantages de la voiture électrique

Par Salle des nouvelles

Équiterre et la porte-parole des Rendez-vous branchés, Christine Beaulieu, ont convié les Trifluviens à tenter l’expérience électrique en compagnie d’experts en électrification des transports et de concessionnaires automobiles de la région. Le Rendez-vous branché de Trois-Rivières a également été également l’occasion d’inaugurer, en présence des représentants d’Hydro-Québec, une toute nouvelle borne de recharge rapide publique, à la Station Roulez électrique, portant ainsi à trois le nombre de bornes de recharge de ce type dans la ville.

Cette initiative est rendue possible grâce au soutien du gouvernement du Québec, présentateur officiel des Rendez-vous branchés, dans le cadre d’Action-Climat Québec, un programme financé par le Fonds vert et découlant du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques.

L’ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS : UNE SOLUTION POUR LE QUÉBEC QUI PREND DE LA VITESSE
« S’il y a un endroit dans le monde où rouler électrique fait le plus de sens, c’est bien au Québec » affirmait la comédienne Christine Beaulieu, elle-même électromobiliste, en guise d’introduction à l’évènement. Au Québec, le transport routier est responsable de 43 % des émissions de gaz à effet de serre et de 75 % de la consommation totale de pétrole. « Carburer aux kilowattheures c’est utiliser une énergie à 99% renouvelable, une des plus propres au monde, et investir directement dans notre économie » a-t-elle renchéri.

Il y a 5 ans, le Québec comptait 200 bornes de recharge publiques et on en dénombre maintenant plus de 2 500, alors que la vente de véhicules électriques double pratiquement chaque année. Selon Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre : « Le parc automobile électrique progresse, mais demeure marginal, avec 2,2 % des ventes de véhicules par rapport aux ventes de véhicules à essence. Ce passage vers la voiture électrique doit s’accélérer, Équiterre propose donc que d’ici 2025, 50 % de la vente de véhicules neufs soient électriques ». Des incitatifs comme la nouvelle norme véhicules zéro émission (VZE) adoptée par le Québec, amène les constructeurs automobiles à proposer plus de véhicules zéro émission ou à faibles émissions (VFE) aux Québécoises et Québécois. « Une réglementation positive, qui fait augmenter la demande, qui plus est avec les subventions à l’achat offertes par le gouvernement.  Cette loi devra toutefois être plus restrictive au fil des années pour que le Québec carbure à l'électricité et atteigne ses objectifs de réduction de GES et d’électrification de son parc automobile » conclut-il.

UNE PANOPLIE D’ACTEURS RÉUNIS POUR ACCÉLÉRER LE VIRAGE ÉLECTRIQUE
Plusieurs municipalités, organisations et entreprises du Québec ont mis en place des mesures favorables à l’électrification des transports, en offrant par exemple à leurs employés et aux citoyens des bornes de recharge, ou encore en électrifiant progressivement leur flotte de véhicules.  De plus, les fabricants automobiles, à travers les concessionnaires, sont des acteurs clés pour accélérer ce virage. Équiterre les invite aux Rendez-vous branchés qui se tiendront aux quatre coins du Québec en 2018, pour leur permettre de présenter leurs initiatives à la population et mettre à l’essai leurs différents modèles de véhicules électriques.

QU’EST-CE QU’UN RENDEZ-VOUS BRANCHÉ?
Plusieurs activités électrisantes sont proposées aux participants :

  • Essais routiers de véhicules électriques avec plusieurs modèles de véhicules rechargeables ainsi que des vélos à assistance électrique;
  • Tours guidés d’autobus scolaire électrique fait au Québec;
  • Conférences sur l’électrification des transports et sur la voiture électrique dans un contexte de lutte aux changements climatiques.


Consultez le détail des activités.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.