Publicité

8 octobre 2021 - 16:00

À Saint-Mathieu-du-Parc

Calaveras et Asanas d’Éloïse Chamberland, une exposition à voir au Café Les funambules

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Adjacent à La petite place des Arts à Saint-Mathieu-du-Parc, le Café Les funambules invite la population à visiter l’exposition gratuite Calaveras et Asanas de l’artiste Éloïse Chamberland d’ici le 21 novembre.

Voici ce qu'elle en dit.

« J’ai débuté ce projet après avoir visionné le film Big Eyes (Les Grands Yeux) de Tim Burton, 2014 qui relate la vie de Margaret Keane, une peintre des années 50-60, dont la créativité a été usurpée par son mari. À la suite de ce visionnement, comme une révélation qui s’imposait, je me suis donné le devoir de recommencer à peindre à raison d’un minimum d’une heure par semaine. Mais j’ai tôt fait de réaliser que ma créativité avait besoin de beaucoup plus de temps lorsqu’après ma première séance je déposais mon pinceau et 4 heures s’étaient écoulées! J’ai alors réalisé que beaucoup de formes et de couleurs attendaient en moi depuis trop longtemps. En me laissant guider par mon amour du Mexique et mon respect pour le yoga, j’ai alors décidé de réaliser un projet alliant les deux. J’interprète les postures de yoga (asanas) à travers les squelettes mexicains (calaveras) bien présents dans cette culture. J’y joins la somme de mes coups de cœur mexicains : couleurs, formes, « azulejos » (tuiles et motifs mexicains), alebrije (animaux imaginaires de protection), paysages, peintres reconnus, etc. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.