Publicité

14 janvier 2021 - 14:18

Depuis le 11 janvier, il est possible de la visiter en respectant les règles sanitaires

Le collectif Osez le rêve occupe les murs de la Galerie mp tresart

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Depuis le début du mois, la Galerie mp tresart de Durham-Sud présente le collectif Osez le rêve.

Les participants du Québec sont : Nina Dussault (Matane), Jessica Chabot (Sherbrooke), Julie Denoncourt (Gatineau), Marjolaine Dubé (L’Avenir), Georgia Vrakas (Québec), Ariane Foade (Brossard), Maribel Bedoya (Montréal), Mache (Laterrière), Caroline Boyer (Prévost), Myriam Bussière (Durham-Sud), Bastien (St-Lin-Laurentides), Sylvie Beaudet (Nicolet) et Francine Laplante (Drummondville).

De la Californie : Janice Serilla (Santa Cruz).

À leurs côtés sont mises en lumière les œuvres des artistes permanents : Maria Tremblay (Notre-Dame-du-Nord), ReBel (St-Bruno), Diane Béland (Durham-Sud), Mélanie Poirier (Durham-Sud) et Daniel Giroux (Durham-Sud).

En cette période de confinement, la galerie rappelle que l’art crée un pont entre les humains. En plus de faire du bien au quotidien, l’art stimule l’imaginaire et apporte de la couleur et de la joie dans nos vies.

Dans le cadre de cette exposition, les artistes devaient s’inspirer du thème Osez le rêve... pour réaliser leurs œuvres. Il en résulte de magnifiques créations plus inspirantes les unes que les autres.

Comme les événements sont interdits en raison de la pandémie, la Galerie mp tresart invite la population à visiter sa galerie d’art en ligne et à les suivre sur les réseaux sociaux. Le site Web est : www.galeriemptresart.com

Depuis le 11 janvier prochain, il est aussi possible de visiter la galerie en respectant les règles sanitaires.

La Galerie mp tresart est située au 220 rue Hôtel-de-Ville à Durham-Sud.

Les heures d’ouverture sont : vendredi : 19 h - 21 h, le samedi/dimanche : 11 h – 17 h et sur rendez-vous la semaine. L’entrée est gratuite.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.