Publicité

27 août 2020 - 06:00

Collaboration muséale

Expertise numérique: le Digihub et le musée POP signent une entente avec deux autres institutions

Par Salle des nouvelles

Le DigiHub de Shawinigan a annoncé la signature d’une entente de trois ans avec le Centre franco-ontarien de folklore de Sudbury, le Musée acadien de l’Université de Moncton et son partenaire du Muséolab, le Musée POP, à Trois-Rivières.
 
Au cours des trois prochaines années, le DigiHub, via le Muséolab, accompagnera le Centre franco-ontarien de folklore de Sudbury et le Musée acadien de l’Université de Moncton dans leurs projets de virage numérique. Les entreprises du DigiHub seront invitées à collaborer aux projets qui ressortiront de cette réflexion.

Exposition commune

La troisième année, les trois institutions muséales diffuseront une exposition commune via des outils numériques mis en place par le DigiHub via le Muséolab. Ce projet est rendu possible grâce à l’appui financier reçu du gouvernement du Québec, en vertu des programmes de soutien financier en matière de francophonie canadienne.
 
« Nous souhaitions par ce projet partager l’expertise acquise au Muséolab avec d’autres partenaires de la francophonie canadienne qui ont de plus petites infrastructures. Ce projet nous permet ainsi de découvrir les enjeux de nos partenaires et la réalité de la francophonie hors Québec », a souligné Claudine Drolet, chargée de projets en patrimoine et muséologie numérique au DigiHub et responsable du projet.
 
« Ce projet consolide les liens du DigiHub et de Shawinigan avec des villes et des institutions hors Québec. Nous sommes ravis de rayonner et de permettre aux organisations franco-canadiennes de découvrir ce que nous faisons ici », a souligné Michel Angers, président du DigiHub.
 
« Pour le Musée POP, ce projet vient consolider l’importance du partenariat du Muséolab que nous menons depuis trois ans. Le Musée POP a acquis au fil de ces années une expérience d’implantation de programmes culturels numériques, et l’un des objectifs principaux du Muséolab est de partager ces expériences qu’elles soient réussies ou non. De plus, ce partenariat assorti d’une exposition, où des outils numériques issus du Muséolab seront au service des contenus, permettra de faire rayonner la culture québécoise et la culture franco-canadienne dans nos territoires respectifs », a pour sa part souligné Valérie Therrien, directrice générale du Musée POP.
 
Au cours des trois prochaines années, l’équipe du Muséolab sera appelée à visiter les deux institutions franco-canadiennes et les partenaires viendront visiter le Musée POP et le DigiHub pour mieux comprendre la réalité de chacun.

Nouveaux outils
 
Ce partenariat permettra aussi aux partenaires hors Québec d’apprivoiser les outils numériques. « La devise du Centre franco-ontarien de folklore est Là où le patrimoine rencontre la modernité. Ce type de projet est exactement ce que l’on recherchait! En travaillant de près avec des collègues du Québec, nous poursuivrons nos démarches afin de faire connaître la richesse du patrimoine franco-ontarien. Un partenariat qui portera certainement fruit », a souligné Patrick Breton, directeur général du Centre franco-ontarien de folklore situé à Sudbury.
 
« De nouveaux outils de médiation numérique en salle d’exposition et dans nos activités publiques nous intéressent et s’avèrent fort importants pour notre institution » a affirmé Jeanne Mance Cormier, chef de service-conservatrice du Musée acadien de l’Université de Moncton. « Avec l’expertise du DigiHub et l’expérience de l’équipe du Musée POP, ce projet viendra renforcer nos collections et leur diffusion numérique auprès de divers publics », ajoute-t-elle.
 
Le projet démarrera à l’automne 2020 avec des rencontres à distance dans un premier temps pour culminer en 2023 avec un projet d’exposition commune.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.