Publicité

30 décembre 2021 - 18:04

En vigueur dès demain

Québec annonce le retour du couvre-feu

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Les Québécois ont une sensation de déjà-vu. La hausse des infections au coronavirus et des hospitalisations en raison du variant Omicron pousse le gouvernement Legault a instauré à nouveau un couvre-feu ainsi que d’autres restrictions qui s’appliqueront dès demain. 

L’ère du confinement est de retour au Québec. Un couvre-feu de 22h à 5h entrera en vigueur le 31 décembre. Cette mesure sera en vigueur pour les trois prochaines semaines et exclura les travailleurs essentiels. Les autres seront passibles d’une amende allant de 1000 à 6000 dollars. Une autorisation de l'employeur sera nécessaire pour circuler à l'extérieur. 

« C’est un geste qui est extrême parce que c’est une situation qui est extrême », a déclaré le premier ministre François Legault en point de presse jeudi en compagnie de Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux, et Horacio Arruda, directeur national de la santé publique.

Le premier ministre s’est engagé à retirer le couvre-feu dès que la situation sera sous contrôle dans les hôpitaux. 

Les hospitalisations ont effectivement doublé en une semaine au Québec. « On s'est dit la vérité, on a été transparent depuis le début de la pandémie. Les experts sont tous d’accord que dans les prochaines semaines il y a un risque que les hospitalisations dépassent notre capacité et qu’on ne soit plus capable de soigner tout le monde au Québec », a ajouté M. Legault en faisant référence à une rencontre hier soir avec l’Institut national de la santé publique.

Le premier ministre a longuement expliqué pourquoi le couvre-feu était primordial. Les citoyens récalcitrants en sont la cause. « C’est important de s’assurer que tout le monde respecte les consignes », affirme M. Legault. 

Des restrictions supplémentaires

Les rassemblements privés prévus pour la veille du jour de l’An devront se limiter aux membres d’une même bulle familiale. Les proches aidants et les personnes seules pourront quant à elle visiter une autre bulle. 

Les salles à manger des restaurants, qui ne peuvent accueillir que la moitié de leur clientèle depuis le 20 décembre, seront forcées de fermer leurs portes, et ce à un jour de préavis. Les bars et les salles de spectacle connaissent le même dénouement. 

La rentrée scolaire, qui avait été remise au 10 janvier, sera repoussée d’une semaine au 17 janvier du primaire à l’université. « On va tout faire pour rouvrir les écoles », a-t-il promis. Les services de garde resteront ouverts seulement pour les travailleurs essentiels. D'autres annonces seront faites prochainement. 

Les commerces resteront quant à eux ouverts à l’exception du dimanche, et ce pour les trois prochaines semaines, afin de permettre aux employeurs de gérer la pénurie de personnel. « C’est toute la société qui est fragilisée », déplore le premier ministre.

Les sports intérieurs seront interdits et les mesures de télétravail resteront en place. Les lieux de culte seront fermés à l'exception des funérailles, qui se limiteront à 25 personnes.

Les non-vaccinés dans la mire de Québec

La province a enregistré ce jeudi un peu plus de 16 000 cas positifs à la COVID-19. Cela serait toutefois une fraction des nouvelles infections étant donné les difficultés à obtenir un test de dépistage et les tests de dépistage rapides non déclarés. 

M. Legault a rappelé que les non-vaccinés représentent la moitié des hospitalisations. Ces personnes ont ainsi 10 fois plus de chance de se retrouver sur un lit d’hôpital. 

Le premier ministre dit avoir entendu la grogne des Québécois à l’égard des non-vaccinés. Il a demandé à son équipe de regarder comment élargir l’utilisation du passeport vaccinal dans les commerces. Partout où il pourra être implanté, il le sera de dire François Legault. « C’est une question d’équité. » 

La vaccination pour la troisième dose s'accélère. Cette dose de rappel permettrait d’aller chercher une protection de 75 % contre le variant Omicron, comparativement à 30 % avec deux doses.

Sauver le réseau de la santé

Même si la virulence du variant Omicron est moins élevée, il n’en demeure pas moins que le réseau de la santé est actuellement saturé avec le double d’hospitalisations en une semaine. Le nombre de membres du personnel de soins absents a pour sa part plus que doublé. « Ces deux effets combinés [...] ça fait qu’il y a un risque encore plus grand de rupture », explique M. Legault. 

Des mesures de délestage sont donc officiellement enclenchées dans la plupart des centres hospitaliers de la province. C’est pourquoi le gouvernement a ouvert la porte plus tôt cette semaine à permettre à des membres du personnel positifs de continuer de travailler. 

Ce ne serait que dans des situations exceptionnelles afin d’éviter les bris de services et ces derniers devront porter un masque N95. M. Legault a voulu rassurer la nation que les stocks de masques étaient suffisants pour les prochaines semaines. 

Il a aussi lancé un message aux travailleurs du réseau de la santé. Les 22 derniers mois ont été difficiles, mais « on a vraiment besoin de vous autres », a-t-il lancé. 

« Ce n’est pas le genre de fin d’année que j'aurais souhaité, mais on a tous un devoir pour que tout le monde soit soigné au Québec, qu’on sauve le plus possible de vie, indique François Legault. On va vivre des jours très durs et c’est important plus que jamais de prendre soin les uns des autres. »

Le premier ministre a terminé son allocution en souhaitant malgré tout une bonne année aux Québécois.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.