Publicité

26 novembre 2021 - 12:00

La ministre Lebel croit toujours à une entente

CPE: les syndiqués de la CSN votent à 92,1 % pour une grève générale illimitée

Par La Presse Canadienne

Les syndicats de CPE affiliés à la CSN ont voté à 92,1 % en faveur d’un mandat de grève générale illimitée.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS−CSN) a précisé vendredi matin en conférence de presse que le mandat de grève sera mis en œuvre à compter du 1er décembre si les négociations avec le gouvernement ne débloquent pas d’ici là.

La représentante du secteur des CPE à la FSSS, Stéphanie Vachon, souligne que le résultat du vote envoie un message clair.

« Le gouvernement peut essayer de taper sur la tête des syndicats tant qu’il veut, mais ultimement, ce sont les membres qui décident », a−t−elle déclaré par communiqué.

«En votant aussi massivement pour la grève et donc en acceptant de perdre des journées, voire des semaines de salaires, ces travailleuses déjà sous−payées viennent de dire au gouvernement qu’elles sont solidaires et qu’elles sont prêtes à se battre jusqu’au bout pour avoir une entente équitable pour l’ensemble des salariées. »

Les travailleuses membres de syndicats de la Fédération des intervenantes en petite enfance (FIPEQ), affiliée à la CSQ, avaient elles aussi voté, à plus de 91 %, en faveur d’un mandat de grève illimitée mercredi.

Quant au Syndicat québécois des employés de service (SQEES), affilié à la FTQ, son vote sur le mandat de grève a commencé et il se tiendra jusqu’à mardi prochain.

Jeudi, la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, avait manifesté son exaspération devant la possibilité que soit tenue une grève.

« Il est temps d’être raisonnable », avait−elle lancé aux travailleuses des Centres de la petite enfance.

« On a perdu de vue la réalité des parents. »

Son collègue de la Famille, Mathieu Lacombe, avait renchéri: « il faut que les syndicats entendent raison ».

Interrogée au sujet du dépôt d’une loi spéciale pour mettre fin au conflit, la ministre avait rappelé que cela fait « très certainement partie des outils qui sont disponibles ».

La ministre a dit croire encore qu’une entente était possible avec les organisations syndicales.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.