Publicité

3 septembre 2021 - 10:00

La SQ demande l’aide de la population

Vol dans un commerce de Shawinigan : des suspects à identifier

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Sûreté du Québec demande l’aide de la population afin d’identifier des suspects qui se sont introduits dans un commerce de Shawinigan et qui ont dérobé du matériel informatique et des biens de consommation le 28 juillet dernier.

Vers 1 h 30, trois suspects, soit deux hommes et une femme, se sont introduits dans le restaurant de la rue des Floralies.

Ils ont, entre autres, dérobé un terminal de point de vente de marque Clover, de nombreux sacs de pommes de terre et des caisses de boissons gazeuses. L’un d’entre eux a été identifié.

Les enquêteurs demandent la participation du public pour identifier les deux autres suspects.

Descriptions

Suspect 1 : Un homme, blanc, mesurant environ 1,65 m (5 pi 4), poids proportionnel, portant un manteau de marque North Face, muni d’un capuchon avec une palette et avec un logo North Face réfléchissant à l’avant, côté gauche et à l’arrière côté droit.

Suspect 2 : Une femme, blanche, mesurant environ 1,52 m (5 pi), mince, cheveux foncés allant au bas des épaules, portant une veste à capuchon pâle à fermeture éclair avec logo en cercle à l’avant.

Toute information pouvant permettre de retracer ces individus peut être communiquée en toute confidentialité à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.