Publicité

18 juillet 2021 - 14:00

Vérification des avertisseurs de fumée

Reprise des visites à domicile pour le Service de sécurité incendie de Shawinigan

Par Catherine Deveault

La Ville de Shawinigan annonce qu’avec l’allègement des mesures sanitaires, le Service de sécurité incendie (SSI) a recommencé à faire des visites résidentielles. Les secteurs visés par les visites sont Lac-à-la-Tortue et Grand-Mère ainsi que le quartier Saint-Marc et les environs.

Deux étudiants, clairement identifiés au SSI, font la vérification des avertisseurs de fumée et des extincteurs portatifs et, s’il y a lieu, répondent aux questions des citoyens.

« Nous souhaitons rassurer les citoyens : les deux étudiants-pompiers ne sont pas là pour vendre quoi que ce soit aux citoyens. De plus, ils sont clairement identifiés aux couleurs de la Ville et du Service de sécurité incendie. Ces visites permettent de faire de la prévention. On s’assure que les avertisseurs sont fonctionnels puisqu’en cas d’incendie, c’est souvent ce qui sauve des vies. »

- Le directeur par intérim du SSI, Patrick Lalonde.

Comment les reconnaître

Voici deux éléments qui vous permettront de reconnaîtres les étudiants-pompiers de la Ville de Shawinigan lors de leur passage chez vous :

– Ils portent un uniforme avec des écussons du Service de sécurité incendie de Shawinigan;
– Ils se déplacent dans un véhicule de patrouille identifiée au SSI avec lettrage et gyrophare.

Les visites devraient s’échelonner jusqu’au début septembre.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.