Publicité

23 avril 2021 - 15:00

C'est maintenant aux provinces et territoires de décider

Le CCNI recommande le AstraZeneca pour les 30 ans et plus

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Le vaccin AstraZeneca pourra être administré aux 30 ans et plus qui demeurent aux quatre coins du Canada si les provinces et territoires le veulent. C’est du moins ce que recommande le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) qui est constitué d’experts reconnus dans le domaine de la santé.

C’est la présidente du comité, la Dre. Caroline Quach qui expliqué la position officielle du CCNI sur cette question. Toute personne âgée de 30 ans et plus qui ne veut pas attendre de recevoir un vaccin ARN messager pourra recevoir ce vaccin, si elle n’a pas de contre-indications et si les bénéfices l’emportent sur les risques.

Rappelons qu’actuellement 1 personne sur 100 000 développe une thrombose dans les jours suivant l’injection du vaccin. Maintenant que cette recommandation est officielle de la part du CCNI, c’est aux provinces et territoires de trancher sur la question.

Pour l’heure, le Canada ne prévoit pas recevoir de doses de ce vaccin en provenance de l’Inde jusqu’au début mai. Par contre, les États-Unis pourraient en recevoir et le président Joe Biden n’a pas exclu qu’il puisse aider certains pays à travers le monde dont le Canada.

Au moment d'écrire ces lignes, le gouvernement du Québec ne s'était pas encore fait entendre sur la question. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.