Publicité

17 mars 2021 - 14:00

Les gens souffrant de déficience intellectuelle, physique ou de trouble du spectre de l'autisme n’auront pas à se déplacer

Les personnes handicapées seront vaccinées en avril

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé aujourd’hui qu’en raison de leur vulnérabilité, les personnes handicapées vivant dans des ressources intermédiaires ou de type familial (RI-RTF), des ressources à assistance continue (RAC) et des milieux d'hébergement seront vaccinées sous peu.

La vaccination sera offerte directement dans les lieux de résidence des personnes présentant un diagnostic de déficience intellectuelle, de trouble du spectre de l'autisme ou de déficience physique.

Il ne sera donc pas nécessaire pour ces personnes de prendre rendez-vous.

Considérant l'échéancier de livraison des vaccins, il est prévu que la vaccination de ces personnes s'amorce au cours du mois d'avril.

Environ 13 000 usagers au Québec sont touchés par cette décision.

La vaccination sera également offerte aux travailleurs et aux propriétaires de ces milieux de vie et d'hébergement.

Québec souligne que ce changement ne vient pas modifier les priorités préalablement établies. Il avait été annoncé dès le début de l'opération de vaccination que la priorisation pourrait être adaptée en fonction de différentes considérations.

La priorisation des groupes à vacciner se fait en fonction des critères suivants :

• l'âge qui est associé aux risques d'infection, de complication et de décès,

• le milieu de vie qui peut également être associé aux risques d'infection et d'éclosion.

• l'existence d'une ou de plusieurs pathologies augmentant le risque de complications et de décès,

• la profession qui peut influencer le risque d'exposition au virus et de transmission du virus à des personnes vulnérables.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.