Publicité

17 février 2021 - 16:00

34 % des répondants estiment cependant qu’il existe un problème d’excès de vitesse dans leur quartier

La forte majorité des Trifluviens sont satisfaits du travail de leurs policiers, selon un sondage

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

En novembre dernier, la Direction de la police de Trois-Rivières (DPTR) avait retenu les services de la firme Hugo A. Leclerc Marketing afin d’effectuer un sondage sur le niveau de satisfaction auprès de la population trifluvienne, à l’endroit de son service de police.

La consultation a démontré que la forte majorité des Trifluviens sont satisfaits du travail de leurs policiers, mais 34 % estiment qu’il y a encore un problème d’excès de vitesse dans leur quartier.

Rappelons que le but de cet exercice visait à connaître l’opinion, les attentes ainsi que les besoins des citoyens à l’égard des services offerts.

Les résultats obtenus s’ajoutent à de nombreux éléments qui seront pris en considération dans la préparation de la planification stratégique 2022- 2024, comme les recommandations du comité de réflexion sur la réalité policière, les obligations législatives, l’évolution de la criminalité, les besoins de développement du personnel, les orientations municipales, etc. Le tout sera analysé en fonction de la capacité organisationnelle.

5 thématiques

Le sondage réalisé visait les 5 thématiques suivantes;

- La perception des citoyens envers les policiers de la DPTR;

- Le niveau de satisfaction des citoyens à l’égard des policiers de la DPTR;

- La notoriété des programmes de prévention offerts par la DPTR;

- Le sentiment de sécurité des citoyens dans leur quartier;

- La perception des citoyens face à la qualité du travail des policiers de la DPTR.

Résultats

Les données recueillies à l’aide du sondage permettent donc de constater que :

- 85 % des répondants sont d’accord ou fortement d’accord avec le fait que la police traite les gens avec respect;

- 82 % des répondants sont satisfaits ou très satisfaits de la façon dont ils ont été traités par les policiers lors de leur dernier appel à la DPTR;

- 95 % des répondants se sentent assez ou tout à fait en sécurité dans leur secteur;

- 90 % des répondants affirment se sentir en sécurité lorsqu’ils circulent à pied, dans leur quartier et 87 %, lorsqu’ils circulent à vélo;

- Près de 75 % des répondants se disent satisfaits ou tout à fait satisfaits de la présence policière dans leur quartier;

- 34 % des répondants indiquent qu’il existe un problème d’excès de vitesse (souvent ou toujours) dans leur quartier alors que 31 % se disent préoccupés par le non-respect de la signalisation routière (souvent ou toujours non respectée) dans leur quartier.

En ce qui concerne la connaissance des différents programmes de prévention offerts par la DPTR, seul le programme de Surveillance de quartier obtient un taux de notoriété supérieur à 50 %. Pour ce qui est des programmes tels; café avec un policier, registre de caméras de surveillance, halte au crime, OVNI et PAIR, ceux-ci semblent toutefois méconnus par les répondants.

Ainsi, bien que l’exercice réalisé démontre que les répondants sont en général très satisfaits des actions de la DPTR et qu’ils se disent en sécurité, la Direction prend acte de certains enjeux qui méritent une attention particulière et si nécessaire, apportera les correctifs dès cette année, selon les préoccupations citoyennes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.