Publicité

12 février 2021 - 10:00 | Mis à jour : 10:04

200 personnes recevront le vaccin contre la COVID-19 d'ici le 25 février

Une première journée de vaccination en milieu isolé pour le CIUSSS MCQ

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Une équipe du CLSC de Parent, une installation du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), a débuté hier une opération de vaccination située dans un secteur particulièrement isolé de la municipalité de La Tuque.

Tous les résidents de 18 ans et plus (sauf les femmes enceintes) qui ont pris rendez-vous lors de la période prévue se terminant le 9 février à 16 h seront vaccinés.

Au total, 200 personnes ont réservé leur place et recevront le vaccin contre la COVID-19 d'ici le 25 février.

Le nombre de doses livrées étant calculé en fonction du nombre de rendez-vous, aucun ajout ne peut cependant peut être fait. Le CIUSSS MCQ invite toutefois la population à surveiller les annonces à venir pour les prochaines campagnes de vaccination dans leur milieu, selon les critères de priorisation.

Rappelons qu’en raison du nombre limité de doses de Moderna reçues au pays et dans la province au cours des derniers jours, Québec a dû cibler des groupes prioritaires. C'est dans ce contexte que ce secteur précis du territoire a été ciblé par les autorités gouvernementales puisqu'il fait partie des milieux isolés et éloignés.

Le moment venu, la population sera informée des modalités entourant la tenue de la campagne de vaccination pour la deuxième dose.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.