Publicité

10 décembre 2020 - 16:00

Le CIUSSS MCQ applique son plan de délestage de certains services

5 décès et 98 nouveaux cas s’ajoutent au bilan régional

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

98 nouveaux cas de COVID-19 se sont ajoutés en Mauricie et dans le Centre-du-Québec depuis 24 heures et on déplore 5 décès supplémentaires.

28 en Mauricie et 70 dans le Centre-du-Québec, indique le CIUSSS, ajoutant toutefois que les hospitalisations ont connu une baisse de 5 au cours de la dernière journée, portant le total à 55 actuellement.

La situation demeure stable aux soins intensifs avec 7 personnes hospitalisées et à l’unité de débordement en zone chaude de Victoriaville avec 4 personnes prises en charge.

Bien que la situation régionale tende à se stabiliser en regard du nombre de cas total, celui-ci demeure sensiblement élevé souligne la direction régionale de la santé.

La baisse se poursuit en Mauricie, alors que le Centre-du-Québec atteint un plateau.

Au chapitre des éclosions, elle observe une baisse encourageante alors que 76 éclosions sont actives dans la région comparativement à 93 la semaine dernière. Une belle amélioration est à noter dans les milieux scolaires et milieux de travail qui comptabilisent un plus petit nombre d’éclosions (50 par rapport à 75) qui ont également moins d’ampleur.

Situation préoccupante

La situation dans les milieux d’hébergement pour personnes âgées et la pression actuellement vécue dans nos centres hospitaliers demeurent cependant très préoccupantes, d’où l’importance de poursuivre les efforts pour respecter les mesures sanitaires.

Depuis plusieurs semaines, le CIUSSS MCQ constate des taux d’occupation élevés des lits d’hospitalisation et de soins intensifs de la COVID-19, une augmentation des éclosions dans les résidences privées pour personnes âgées, de même que dans nos installations.

Délestage supplémentaire de services

Considérant la faible marge de manœuvre en matière de main-d’œuvre, l’organisation dit qu’elle se voit dans l’obligation de procéder à un délestage supplémentaire de certains services.

Cette décision est nécessaire afin de se donner rapidement la capacité de faire face aux besoins qui augmentent de façon soutenue.

Ce délestage implique notamment que des chirurgies et des rendez-vous devront être reportés dès les prochains jours, afin d’atteindre un niveau d’activité de 60%.

Comme c’est le cas depuis la première vague, chaque dossier clinique fera cependant l’objet d’une analyse approfondie afin de déterminer si un délai d’attente supplémentaire est susceptible ou non d’avoir un impact sur l’état de santé du patient. Les cas jugés prioritaires seront pris en charge tel que requis.

Les personnes dont le rendez-vous doit être reporté seront pour leur part contactées personnellement.

Si vous ne recevez pas d’appel pour un report de rendez-vous, cela signifie que votre médecin a jugé que celui-ci était essentiel, donc il est primordial de vous présenter à votre rendez-vous.

Les personnes dont le rendez-vous, l’examen ou la chirurgie est reporté en raison de la COVID-19 et qui constatent une dégradation de leur état, qui ont des préoccupations sur leur état ou qui ont besoin de précisions sur un traitement en cours pourront contacter Info-Santé 811 ou se référer à leur médecin traitant ou leur médecin de famille.

« Je tiens à préciser que la décision d’appliquer le plan de délestage, nous la prenons à contrecœur. Nous sommes conscients que derrière chaque report de services, il y a une personne dont la vie quotidienne peut être perturbée. Toutefois dans le contexte actuel, nous sommes dans l’obligation de centrer nos efforts au maintien des services essentiels », conclut Carol Fillion, président-directeur général au CIUSSS MCQ.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.