Publicité
25 juillet 2019 - 09:00 | Mis à jour : 09:34

52 vidéos pour démystifier le mentorat pour entrepreneurs auprès des entrepreneurs de 18-35 ans

Des entrepreneurs de Trois-Rivières font la promotion du mentorat

Par Salle des nouvelles

Le Réseau M, de la Fondation de l’entrepreneurship, est fier de lancer 10 nouveaux vidéos sur le mentorat pour entrepreneurs pour un total de 52, soit la plus grande vidéothèque francophone sur le sujet au Canada. Réalisé grâce à une aide financière du Secrétariat à la jeunesse, ce projet aussi unique qu’ambitieux vise à démystifier cette forme d’accompagnement incontournable, mais trop souvent méconnue auprès des nouvelles générations d’entrepreneurs âgés de 18 à 35 ans du Québec.

En 2018, le Réseau M dévoilait 42 vidéos sur le mentorat pour entrepreneurs dans le cadre d’une entente triennale avec le Secrétariat à la jeunesse. Cette année, ce sont 10 nouveaux vidéos qui s’ajoutent à cette impressionnante collection, sans compter les 10 autres qui seront créés en 2020. 

Pour réaliser un tel projet, le Réseau M a pu compter sur de nombreux partenaires et entrepreneurs. En 2019, ce sont 5 mentorés et leurs mentors, provenant de 5 organismes de 4 régions du Québec, qui ont eu la générosité de se confier à la caméra sur la richesse de leur expérience. En Mauricie, Anne-Marie Lord d’Urgence Portuaire et son mentor Dany Potvin de La Zone entrepreneuriale du Cégep de Trois-Rivières, ainsi que la dyade de Maude Alain-Gendreau de Musicalement en forme et de Jean Mailhot de la SADC de Maskinongé, se sont prêtés au jeu.

Un regard humain sur la vie des entrepreneurs

Parfois touchante, parfois teintée d’humour, chaque capsule est à la fois un témoignage illustrant les différents défis et réalités vécus par les entrepreneurs et la démonstration concrète de comment le mentorat est venu transformer le cours de leur histoire d’entrepreneur. Le projet représente aussi une incursion dans l’univers d’entrepreneurs plus aguerris, les mentors du Réseau M, qui permet de mettre en relief le vécu des jeunes entrepreneurs et de créer un dialogue entre les générations d’entrepreneurs du Québec.

« L’intention d’entreprendre des jeunes a plus que triplé en 10 ans, pour atteindre 36.9 % en 2018, mais nous savons également que les jeunes représentaient près de la moitié (44 %) des fermetures d’entreprise au cours de la dernière année (2018)1. Le besoin de se faire accompagner par un entrepreneur d'expérience n’a jamais été aussi important et nécessaire, le Réseau M est là pour ça », a déclaré Pierre Duhamel, directeur général de la Fondation de l’entrepreneurship.

Cette année, deux nouvelles séries ont été créées pour s’ajouter aux quatre premières réalisées en 2018. Après avoir abordé les nombreux impacts positifs du mentorat sur le quotidien des entrepreneurs, c’est maintenant la complicité unique et la qualité de la relation entre un mentoré et son mentor qui sont dévoilées à l’écran.

  • La fois où… : Une seule rencontre avec son mentor a le pouvoir de tout changer!
  • La surprise! : Et si le mentoré et son mentor se dévoilaient ce qu’ils n’ont jamais osé se dire? Découvrez la richesse et la complicité unique de cette relation privilégiée.

Vous pouvez visionner les 52 vidéos au :  www.reseaum.com/videos

Les 10 nouvelles vidéos ont été réalisées avec l’équipe exceptionnelle de l’agence Toast Studio. Soulignons également la collaboration d’Oztudio pour leur accueil chaleureux lors des tournages ce printemps.

1 Source : Indice entrepreneurial québécois 2018 de la Fondation de l’entrepreneurship, présenté par la Caisse de dépôt et placement du Québec et réalisé en collaboration réalisé en collaboration avec la Banque Nationale et iA Groupe Financier, ainsi qu’en partenariat avec l’Institut d’entrepreneuriat Banque Nationale | HEC Montréal (IEBN) et Léger.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.