Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Institut du Québec

Le fédéral refuse plus d’étudiants étrangers au Québec

durée 13h00
18 mai 2023
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

De nombreux étudiants étrangers acceptés par une université québécoise sont refoulés par le fédéral qui doute que ces candidats retournent dans leur pays d’origine à la fin de leurs études. Ces décisions sont incohérentes avec les objectifs gouvernementaux, déplore l'Institut du Québec (IDQ).

«On voit que près de la moitié des candidats qui sont admis par des universités québécoises et qui respectent toutes les conditions du Québec se voient quand même refuser le permis d'études qui leur permettrait de séjourner au pays», constate la directrice générale de l'IDQ, Emna Braham.

Le taux de refus est particulièrement élevé pour les candidats africains et ceux-ci sont plus nombreux à postuler au Québec. Le fédéral a refusé près de 72 % des candidats africains acceptés dans une université québécoise en 2022.  

Le groupe de réflexion a demandé à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) quelles étaient les raisons de ces refus. La faible probabilité de retour dans le pays d’origine était la principale raison évoquée. 

Ces motifs sont incohérents avec la stratégie du fédéral et du Québec, déplore Mme Braham. «C’est un critère qui n'a plus sa raison d'être, tout simplement alors que le gouvernement du Québec comme celui du Canada investissent dans des offensives de promotion pour retenir les étudiants étrangers, notamment dans les régions

En effet, les étudiants étrangers sont perçus comme des candidats de choix à l’immigration, car ils ont déjà une expérience canadienne. «Ils ont vécu au Québec, ils ont commencé à créer un réseau, ils ont une formation qui répond aux exigences des employeurs québécois.»

Près de la moitié (44 %) travaillent également durant leurs études, une contribution économique à ne pas négliger dans un contexte de rareté de la main-d’œuvre, souligne le rapport. 

Les gouvernements auraient intérêt à clarifier leurs objectifs par rapport à l’éducation internationale. «Il y a vraiment un besoin de clarifier les objectifs et de mettre en place des procédures qui vont s'assurer que la main droite parle à la main gauche.»

L’IDQ invite aussi le milieu universitaire à mieux communiquer ses cibles en matière d’attraction des étudiants étrangers. «Ça permettrait de mieux planifier la délivrance des permis, autant au niveau du gouvernement fédéral que des certificats d'acceptation au niveau du gouvernement du Québec», ajoute l’économiste de l’IDQ, Daye Diallo.

L’attrait de Montréal et de l’anglais

Montréal continue d’attirer la grande majorité des étudiants étrangers. Seulement un étudiant sur quatre va choisir de s’établir à l’extérieur de la métropole. 

Le réseau collégial et universitaire anglophone conserve aussi son pouvoir d’attraction en recrutant 55 % des étudiants collégiaux et 43 % des étudiants universitaires en 2019.  

Mme Braham s’oppose toutefois à l’idée d’établir des quotas pour favoriser l’inscription au réseau francophone. «On veut attirer des étudiants étrangers parce que ce sont les meilleurs candidats au monde, qu'on les veut dans nos universités, dans nos collèges et une grande partie d'entre eux vont retourner dans leur pays par la suite. Ils ne vont pas avoir un impact ni sur l'immigration ni sur la démographie québécoise

Québec aura le loisir de choisir les candidats qui correspondent le plus à ses objectifs d’immigration par la suite. «Donc une immigration qui va être francophone, qui va être alignée avec les besoins du marché du travail, etc. On ne fait pas ça en plafonnant le nombre d’étudiants étrangers anglophones.»

Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

Les outils pour cesser de fumer sont connus, mais peu utilisés par les fumeurs

Une recherche indique que même si une majorité de fumeurs et d’anciens fumeurs récents du Québec connaissent les services d’aide pour renoncer au tabagisme, peu les utilisent.  Un document publié jeudi par l’Institut national de santé publique (INSPQ) ajoute que même les aides pharmacologiques et les services bien connus sont relativement peu ...

22 février 2024

Les hospitalisations des enfants pour des maladies respiratoires bondissent au Canada

Alors que de nombreux hôpitaux sont surchargés un peu partout à travers le pays, le nombre d'hospitalisations des enfants pour des maladies respiratoires a grimpé en flèche, revenant ainsi aux taux prépandémiques.  C'est ce que révèlent les données de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) publiées jeudi. Pour la période 2022-2023, ...

22 février 2024

Nouvelle plateforme pour aider les aînés à prendre en charge leur santé

Une nouvelle plateforme dévoilée officiellement jeudi vise à fournir aux aînés et à leurs aidants les informations dont ils ont besoin pour prendre en charge leur état de santé ― dans un contexte où, on le sait, il n'y a pas suffisamment de ressources pour répondre à tous les besoins d'une population vieillissante. Élaborée par la Fondation AGES ...