Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

OBV Yamaska

Reprise des activités de contrôle de la châtaigne d’eau dans la Rivière Yamaska

durée 18h00
11 juillet 2022
Angelique Villeneuve
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Angelique Villeneuve, Journaliste

L’Organisme de bassin versant de rivière Yamaska (OBV Yamaska) reprendra ses travaux de détection et de contrôle de la châtaigne d’eau la semaine prochaine dans la rivière Yamaska et sa tributaire, la rivière Noire.

Les travaux se dérouleront du 11 juillet jusqu’à la fin du mois d’août.

L'espèce exotique envahissante (EEE) nuit aux plantes indigènes dans la rivière ainsi qu’à la vie aquatique. Il est impératif de la contrôler pour limiter sa propagation et réduire ainsi ses impacts.

L’organisme travaille depuis l’été 2019 au contrôle de la châtaigne d’eau.

« Les colonies de châtaigne d’eau créent d’épais tapis de biomasse qui empêchent la lumière de pénétrer dans la rivière et diminuent les quantités d’oxygène dans l’eau. Cette situation mène à une disparition des autres espèces végétales et à l’éloignement de la vie animale fluviale des zones envahies », explique Alexandre Joly, gestionnaire de projets à l’OBV Yamaska.

En 2019, les techniciens de l’organisme ont retiré manuellement 40 mètres cubes (m³) de ces plants. L’année suivante, ce sont 9,2 m³ qui ont été amassés. Puis en 2021, un total de 12,9 m³ a été enlevé de l’eau. Le volume de châtaigne d’eau retiré de la Yamaska jusqu’à maintenant atteint 62,1 m³.

« Nous estimons à, au plus, une dizaine de mètres cubes la quantité de châtaigne qui sera retirée cette année. En 2021, deux nouvelles colonies avaient été localisées pour la première fois, d’où l’augmentation observée. Nous devrions recommencer à voir une tendance à la baisse des quantités retirées cette année », estime Alexandre Joly.

L’opération de détection et de contrôle, réalisée avec une chaloupe à moteur et deux canots, s’étendra de la ville de Saint-Césaire jusque dans le grand lac Saint-Pierre, dans le fleuve Saint-Laurent.

Les techniciens remonteront aussi la rivière Noire jusqu’au village de Saint-Pie.

La longueur des segments patrouillés ou traités sera d’environ 127 kilomètres de rivière pour une superficie de 14 kilomètres carrés.

Ce projet est rendu possible grâce au financement accordé par la Fédération de la faune du Québec, le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec, en partenariat avec le Fonds d’action Saint-Laurent, et de leur programme Affluents maritimes, ainsi que de la Municipalité de Saint-Hyacinthe. La Municipalité de Saint-Damase est également partenaire du projet.

Rappelons que l’OBV Yamaska est une table de concertation mandatée par le gouvernement du Québec pour élaborer un Plan directeur de l’eau (PDE), en faire la promotion et suivre sa mise en œuvre en collaboration avec l’ensemble des acteurs de l’eau du bassin versant de la rivière Yamaska. La mission de l’OBV et les objectifs du PDE s’inscrivent dans le cadre d’une gestion durable de l’eau.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Près de 5000 espèces présentent un certain niveau de risque de disparition au Canada

Le rapport Espèces sauvages 2020 publié mardi par le gouvernement fédéral indique que 4883 espèces présentent un certain niveau de risque de disparition au Canada. La première étape afin de prévenir la disparition d’espèces est d’identifier celles qui existent, où elles se retrouvent et quel est leur statut. C'est ce que fait le Canada depuis ...

durée Hier 15h15

Les Canadiens utiliseraient moins d'articles en plastique

De nouvelles statistiques laissent croire que les Canadiens réduisent lentement leur utilisation de pailles et de sacs d’épicerie en plastique avant l’entrée en vigueur le mois prochain de l’interdiction nationale de ces articles. Le gouvernement du Canada cherche à réduire la pollution plastique intérieure d’ici la fin de la décennie alors que ...

durée Hier 11h00

Un hiver coriace, tenace et riche en tempêtes à venir

Préparez vos pelles à neige, car un hiver «coriace, tenace et riche en tempêtes» est en train de s’installer au Québec.  Les saisons se suivent, mais ne se ressemblent pas, car si l’automne a été marqué par la douceur du soleil et des températures au−dessus des normales, l’hiver sera rude selon les prévisions de MétéoMédia. «En raison du ...