Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Gouvernement fédéral

Langues officielles: un «raz de marée» de plaintes reçues en 2021-2022

durée 11h00
7 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le commissaire aux langues officielles a reçu «un véritable raz de marée» de plaintes en 2021−2022, essentiellement en raison de la nomination d’une gouverneure générale qui ne maîtrise pas le français et du discours prononcé en anglais à Montréal par le PDG d’Air Canada.

Le rapport annuel déposé au Parlement mardi révèle que le Commissariat aux langues officielles a reçu un total de 5409 plaintes recevables, dont 2680 concernant Michael Rousseau d’Air Canada et 1346 relatives à la représentante de la Reine au pays, Mary Simon.

À titre de comparaison, au cours des neuf dernières années, le nombre total de plaintes jugées recevables a fluctué de 415 à 1870.

«Les nominations de ce genre créent d’abord un fort sentiment d’injustice chez de nombreux francophones, car elles renforcent l’impression que des deux langues officielles du Canada, l’une est assurément plus importante que l’autre», écrit le commissaire Raymond Théberge dans son rapport.

De telles nominations peuvent également «laisser croire» que la maîtrise du français représente «un obstacle à la valorisation de la diversité et à une véritable réconciliation avec les peuples autochtones», a−t−il ajouté en citant l’exemple de la nomination de la gouverneure générale.

Selon M. Théberge, il s’agit d’«une erreur» que de nommer des personnes à des postes d’autorités qui ne maîtrisent pas la langue de Molière.

Au terme de son rapport, le commissaire dit recommander qu’un comité parlementaire étudie et détermine si la connaissance des deux langues officielles devrait être un critère d’embauche aux postes de la haute gestion dans la fonction publique et dans le cas des nominations qui passent par l’entremise d’une recommandation du cabinet.

Il recommande également que la ministre des langues officielles rappelle aux institutions fédérales leurs obligations en vertu de la partie VII de la Loi sur les langues officielles, soit celle qui traite de la promotion du français et de l’anglais et qui vise à favoriser l’épanouissement des communautés de langue officielle en situation minoritaire au pays.

Michel Saba, La Presse Canadienne

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


30 juin 2022

La Cour suprême confirme l'élargissement de la protection des victimes de viol

La Cour suprême du Canada a confirmé l’élargissement de la loi canadienne sur la protection des victimes de viol apporté par les libéraux il y a quatre ans. Dans un arrêt rendu jeudi à six contre trois, le plus haut tribunal a déclaré que les règles élargies visant à empêcher davantage que le passé d’une présumée victime d’agression sexuelle ne ...

30 juin 2022

Un colloque de trois jours sur la bioéconomie à Trois-Rivières

La bioéconomie québécoise est riche et diversifiée. Intimement liée au développement des régions, elle représente une réelle occasion d’innovation et de création de richesses pour le Québec. Dans une perspective d’économie circulaire et de développement durable, la bioéconomie a tout le potentiel d’offrir des solutions durables à des enjeux ...

29 juin 2022

Un camp de vacances pour favoriser l'intégration des enfants immigrants

Le Service d’accueil des nouveaux arrivants (SANA) de Shawinigan OFFRIRA l’expérience d’une semaine de camp de vacances à 18 enfants issus de familles de nouveaux arrivants résidant à Shawinigan en collaboration avec le Camp de vacances du Lac en Cœur, indique le communiqué de l’organisme « Du 26 juin au 1er juillet et du 31 juillet au ...