Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Un billet de Léa Arnaud

Comment peut-on avoir peur de l'Amour?

durée 08h00
17 mai 2022
Léa Arnaud
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Léa Arnaud, Journaliste

En cette Journée internationale contre l'homophobie, je voudrais souligner l’absurdité de ce terme, homophobie.

En premier lieu, il faut savoir que l’homosexualité a été retirée de la liste des maladies mentales de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 17 mai 1990. Ce qui signifie que cela fait un tout petit peu plus de 30 ans que le Monde s’entend à dire que l’Amour n’est pas une maladie, mieux vaut tard que jamais comme on dit.

Étymologiquement, le terme homophobie signifie : la peur des homosexuels. Alors oui on peut avoir peur des araignées, des petites bêtes pouvant être venimeuses et mortelles (même si souvent elles ne font qu’occuper nos greniers), ou on peut aussi avoir le vertige parce que si on tombe de très très haut, on se fait très très mal. Mais est-ce qu’on peut avoir peur de deux êtres humains qui s’aiment? 

Voilà bientôt quatre années que je fais partie de la communauté LGBT, mais toute une vie que j'en suis une alliée. Après avoir toujours eu des hommes dans ma vie, je suis tombée amoureuse d’une femme. Heureusement pour moi, j’ai une famille et des amis merveilleux, tout le monde l’a accueilli à bras ouverts. Même si mon père, qui attendait que je rentre en France avec un bûcheron québécois, était finalement surpris de rencontrer une bûcheronne réunionnaise. 

Pas de questions dans ma tête, pas de peur non plus. J’étais amoureuse, j’allais suivre ce que mon instinct me disait et savourer ce que la vie m’apportait. Pourtant, je me suis rapidement rendu compte que pour ma moitié, assumer n’était pas toujours aussi simple. Elle était justement venue au Québec pour l’ouverture d’esprit de ces gens généreux. Mais d’où elle vient, ce n’est pas aussi facile. J’ai découvert à quel point on pouvait souffrir d’aimer une personne du même sexe. C’est fou quand même, ce n’est pas l’être aimé qui vous blesse, mais ce sont les gens autour. Ceux qui n’ont rien à faire dans votre couple, dans votre vie. 

Elle a raison, on est bien ici, personne ne nous a jugés. Accueillie quelques semaines dans une famille innue, on nous a même dit que c’était une bénédiction. Alors, expliquez-moi, comment une bénédiction pour les uns peut être une « phobie » pour les autres ?

Je ne me suis jamais cachée d’aimer, personne ne devrait avoir peur d’aimer. Alors en cette journée spéciale, célébrons l’Amour universel.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


30 juin 2022

La Cour suprême confirme l'élargissement de la protection des victimes de viol

La Cour suprême du Canada a confirmé l’élargissement de la loi canadienne sur la protection des victimes de viol apporté par les libéraux il y a quatre ans. Dans un arrêt rendu jeudi à six contre trois, le plus haut tribunal a déclaré que les règles élargies visant à empêcher davantage que le passé d’une présumée victime d’agression sexuelle ne ...

30 juin 2022

Un colloque de trois jours sur la bioéconomie à Trois-Rivières

La bioéconomie québécoise est riche et diversifiée. Intimement liée au développement des régions, elle représente une réelle occasion d’innovation et de création de richesses pour le Québec. Dans une perspective d’économie circulaire et de développement durable, la bioéconomie a tout le potentiel d’offrir des solutions durables à des enjeux ...

29 juin 2022

Un camp de vacances pour favoriser l'intégration des enfants immigrants

Le Service d’accueil des nouveaux arrivants (SANA) de Shawinigan OFFRIRA l’expérience d’une semaine de camp de vacances à 18 enfants issus de familles de nouveaux arrivants résidant à Shawinigan en collaboration avec le Camp de vacances du Lac en Cœur, indique le communiqué de l’organisme « Du 26 juin au 1er juillet et du 31 juillet au ...