X
Rechercher
Publicité

Conservation des milieux naturels trifluviens

La Fondation Trois-Rivières durable manque de fonds

durée 10h30
14 avril 2022
Yves Therrien
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Yves Therrien, Journaliste

Alors que la Fondation Trois-Rivières durable (3RDurable) était sur une bonne lancée dans ses collectes de fonds, la pandémie a mis à mal les finances de l’organisation vouée à la conservation des milieux naturels trifluviens.

« Pour une troisième année consécutive, la Fondation Trois-Rivières durable n’a pas pu réaliser sa plus grande activité de financement annuelle qui devait avoir lieu le 6 avril dernier à l’Amphithéâtre Cogeco », précise le communiqué de 3RDurable

Les normes sanitaires en vigueur ont empêché ce rassemblement de 200 personnes qui avait pour objectif d’amasser des fonds pour la conservation des milieux naturels trifluviens. Selon l’organisme, c’est au moins 75 000 $ qui n’ont pas pu être investis dans l’acquisition, la protection et l’aménagement des milieux naturels du territoire trifluvien.

L’environnement se dégrade

Les problèmes sont connus : destruction des milieux naturels, dégradation de la biodiversité, concentration des îlots de chaleur, augmentation des émissions de GES et bien plus encore. « Plus que jamais, la Fondation Trois-Rivières a besoin de fonds pour détourner les milieux à haute valeur écologique de ces conséquences causant leur perte en faisant leur acquisition à des fins de conservation », affirme l’organisme.

On explique que la conservation des milieux naturels permet de réduire les îlots de chaleur en favorisant la végétation ; rendre accessible la pratique d’activité physique à proximité favorisant la santé physique et mentale des citoyens trifluviens ; préserver les services écosystémiques rendus ; réduire les émissions de GES liés au transport et de préserver la biodiversité.

Une perte de 75 000 $

« La problématique financière causée par l’annulation de nos derniers soupers-bénéfice ralentit présentement la réalisation de nos projets. Depuis 2020, nous n’avons pas pu faire l’acquisition de nouveaux terrains à des fins de conservation. Les projets sont là, mais attendent du financement. Nous avons besoin de l’aide de notre communauté engagée dans la conservation de son milieu de vie. Nous avons besoin de dons pour qu’on puisse construire ensemble le Trois-Rivières de demain », affirme Cindy Provencher, directrice de la Fondation Trois-Rivières durable.

Lors de son dernier souper-bénéfice, en 2019, la Fondation Trois-Rivières durable avait battu tous ses records en récoltant 14 500 $ durant l’événement. Ce montant avait notamment permis de construire la passerelle dans l’aire écologique de la rivière Millette, un milieu autant apprécié que fréquenté par la communauté.

Devant l’impossibilité de réaliser son événement-bénéfice cette année, la Fondation Trois — Rivières durable a récemment lancé un appel au don nommé « PAS-DE-SOUPER-BÉNÉFICE ». Grâce à la généreuse contribution de quelques donateurs, un montant de 750 $ a été récolté par l’organisme. Du chemin reste à faire pour contrer le manque à gagner de 75 000 $ des dernières années, affirme 3Rdurable.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


L’Exposition agricole de la MRC de Bécancour ouvre ses portes le 3 juin

Après deux ans de pandémie, l’Exposition agricole de la MRC de Bécancour tiendra sa 40e présentation du 3 au 5 juin sur le site de l’aréna de Saint-Pierre-les-Becquets, indique le communiqué de l’organisation. L’Exposition proposera des activités pour mettre en valeur l’agriculture et l’agroalimentaire, rappelle-t-on. Le président de ...

« Les enfants restez loin des tondeuses à gazon »

Daniel Lanteigne, un doyen du Programme pour enfants amputés (Les Vainqueurs) de l’Association des Amputés de guerre, connaît très bien les conséquences tragiques d’un accident de tracteur de pelouse. À l’âge de six ans, il a subi un accident impliquant une telle machine. Maintenant dans la trentaine et père d’un jeune garçon, il tient plus que ...

Les journalistes souffrent de niveaux «alarmants» de stress, suggère un sondage

Les travailleurs canadiens de l’information souffrent de niveaux «alarmants» de stress et de traumatismes liés au métier, selon un nouveau rapport, et les chercheurs réclament un soutien accru pour aider les journalistes à faire face à la couverture de la COVID−19 et d’autres crises dans l’actualité. Les résultats, basés sur 1251 réponses ...