X
Rechercher
Publicité

Bonification des prestations du Supplément de revenu garanti

Ottawa doit penser aux aînés dans sa mise à jour économique, insiste le Réseau FADOQ

durée 11h30
9 décembre 2021
Jean-Francois Desbiens
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le Réseau FADOQ estime que le gouvernement Trudeau aura une occasion en or d'aider financièrement les personnes aînées avec sa mise à jour économique du 14 décembre.

Alors que l'inflation affecte durement leur portefeuille, particulièrement ceux à faible revenu, l’organisme souhaite qu'Ottawa concrétise tout de suite son engagement de bonifier les prestations du Supplément de revenu garanti (SRG).

Le Parti libéral a promis lors de la récente campagne électorale une hausse de 500 $ pour les aînés vivant seuls et de 750 $ pour ceux qui vivent en couple. Dans sa plateforme électorale, le Réseau avait demandé une augmentation de 600 $ par aîné.

« Plusieurs personnes aînées ont de la difficulté à joindre les deux bouts en raison de la hausse du coût de leur épicerie et des biens de consommation. Le gouvernement Trudeau ne peut pas attendre au dépôt du prochain budget pour leur venir en aide. Il doit agir dès maintenant », estime la présidente du Réseau FADOQ, Gisèle Tassé-Goodman.

Cette mise à jour économique serait également un bon moment selon l’organisme pour annoncer que la bonification de 10 % de la pension de la Sécurité de la vieillesse sera aussi versée aux Canadiens de 65 à 74 ans. Alors que le coût de la vie augmente en flèche, réserver cette bonification seulement aux personnes de 75 ans et plus discrimine en fonction de l'âge et risque de causer un dangereux précédent en créant deux classes d'aînés.

Deux crédits d'impôt importants

Le gouvernement Trudeau s'était engagé durant la campagne électorale à élargir le crédit canadien pour aidant naturel afin d'en faire une prestation remboursable et libre d'impôt.

La mise à jour économique lui donne également l'occasion de créer un crédit d'impôt pour la prolongation de la carrière afin d'inciter les aînés qui le souhaitent à rester dans la population active. Il s'agirait d'un bon moyen pour réduire la pénurie de main-d'œuvre dans plusieurs secteurs.

La FADOQ ajoute que le gouvernement fédéral doit aussi en profiter pour recalculer les prestations du Supplément de revenu garanti qui ont été coupées en raison de prestations d'urgence. Puisque la Prestation canadienne d'urgence (PCU) n'a pas été considérée comme un revenu de travail, les exemptions prévues au calcul du montant du SRG n'ont pas été appliquées, privant ainsi certains aînés de milliers de dollars.

Le Réseau FADOQ demande que tous les aînés affectés par cette erreur puissent être admissibles au recalcul du SRG en fonction des revenus estimés pour l'année en cours au lieu de ceux de l'année précédente.

Ottawa doit aussi corriger le tir et considérer les prestations d'urgence comme un revenu de travail aux fins du calcul du SRG. En ce qui a trait aux aînés qui n'ont pas touché le montant maximum des prestations d'urgence, Ottawa doit leur donner la possibilité de recalculer leur SRG avec les mêmes exemptions que pour un revenu d'emploi.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


L’Exposition agricole de la MRC de Bécancour ouvre ses portes le 3 juin

Après deux ans de pandémie, l’Exposition agricole de la MRC de Bécancour tiendra sa 40e présentation du 3 au 5 juin sur le site de l’aréna de Saint-Pierre-les-Becquets, indique le communiqué de l’organisation. L’Exposition proposera des activités pour mettre en valeur l’agriculture et l’agroalimentaire, rappelle-t-on. Le président de ...

« Les enfants restez loin des tondeuses à gazon »

Daniel Lanteigne, un doyen du Programme pour enfants amputés (Les Vainqueurs) de l’Association des Amputés de guerre, connaît très bien les conséquences tragiques d’un accident de tracteur de pelouse. À l’âge de six ans, il a subi un accident impliquant une telle machine. Maintenant dans la trentaine et père d’un jeune garçon, il tient plus que ...

Les journalistes souffrent de niveaux «alarmants» de stress, suggère un sondage

Les travailleurs canadiens de l’information souffrent de niveaux «alarmants» de stress et de traumatismes liés au métier, selon un nouveau rapport, et les chercheurs réclament un soutien accru pour aider les journalistes à faire face à la couverture de la COVID−19 et d’autres crises dans l’actualité. Les résultats, basés sur 1251 réponses ...