Publicité

1 décembre 2021 - 09:30

CSN

Grève des CPE : « désespérant pour les parents », selon la ministre LeBel

Par La Presse Canadienne

La présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, défend les offres gouvernementales aux travailleuses des CPE et juge «désespérante pour les parents» la grève illimitée qui vient d’être entamée par les syndiquées de la CSN.

En entrevue à la radio au 98,5 FM, mercredi, la ministre a insisté sur le fait qu’elle offrait jusqu’à 30 $ l’heure, au maximum de l’échelle salariale, aux éducatrices dans les Centres de la petite enfance.

Mais l’enjeu maintenant porte sur le salaire des  «autres» travailleuses dans les CPE, à la cuisine, à l’administration, à l’entretien.

Là−dessus, la ministre s’est montrée catégorique: ces travailleuses ne bénéficieront pas des mêmes augmentations, en pourcentage, que les éducatrices.

Elle a admis que ces «autres» travailleuses ne gagnent pas le même salaire que leurs pairs dans le secteur public, mais a affirmé que cela s’expliquait par des tâches et un environnement qui sont différents.

Interrogée au sujet du dépôt d’une loi spéciale, la ministre LeBel a redit qu’elle préférait une entente avec les organisations syndicales, mais que toutes les possibilités étaient étudiées.

La ministre LeBel a souligné que les parents ne pourront pas tolérer très longtemps encore une grève illimitée. Une telle grève est «désespérante pour les parents», a−t−elle lancé.

Lia Lévesque, La Presse Canadienne

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.