Publicité

17 novembre 2021 - 16:00

27e édition des Rendez-vous de l’Institut universitaire en DI-TSA

Déficience intellectuelle et trouble de l’autisme : une journée pour mieux comprendre les transitions

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le passage vers la vie adulte et la multitude de changements qui y sont rattachés est une période charnière pour une personne présentant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble du spectre de l’autisme (TSA) ainsi que pour sa famille.

La 27e édition des Rendez-vous de l’Institut universitaire en DI-TSA, qui est rattaché au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), portera sur ces différentes transitions le 18 novembre.

Les six conférences toucheront à divers aspects tels que l’accès au logement, la fin d’une trajectoire scolaire et l’arrivée sur le marché du travail, et, de façon plus large, vers cette quête d’autonomie et d’inclusion dans la société.

L’objectif de l’événement consiste non seulement au transfert des connaissances théoriques sur le sujet, mais aussi de démontrer l’évolution des pratiques concrètes auprès de la clientèle présentant une DI ou un TSA.

Une variété de chercheurs de différentes régions affiliés à l’Institut universitaire en DI-TSA prendront la parole pour présenter leurs recherches.

De plus, des représentants d’organismes et du milieu scolaire partageront leurs pratiques en matière de soutien à la clientèle DI-TSA.

Une recette gagnante pour le Cégep de Shawinigan

Trois présentatrices œuvrant au Cégep de Shawinigan seront du compte des conférenciers de la journée pour présenter leur approche auprès des étudiants avec des besoins particuliers.

Faisant partie des établissements d’enseignement supérieur qui accueille le plus d’étudiants présentant un diagnostic, le Cégep a développé au cours des dernières années une approche qui leur est propre : « En accompagnant individuellement chaque étudiant et en co-construisant cette transition ensemble, on favorise non seulement l’inclusion des personnes autistes, mais aussi leur persévérance et leur réussite éducative. De plus, l’approche inclusive en enseignement est une avenue prometteuse pour répondre aux besoins de la diversité étudiante », explique Geneviève Ducharme, directrice adjointe des études, programmes et réussite au Cégep de Shawinigan.

Résilience, réalisme…et humour!

Pour clore la journée de conférences, Pierre et Alexandre Beaudin, un père et son fils autiste, partageront le cheminement d’Alexandre dans sa transition vers le marché du travail. C’est avec beaucoup d’humilité et de franchise que le duo explique les défis, les obstacles et les victoires vécues au cours de ce processus.

« Réussir sa transition vers le monde du travail c’est aussi réussir sa transition sociale, avoir une vie épanouissante et vivre une réelle inclusion si possible. Cela va bien au-delà des simples considérations d’emploi ou de revenus. L’appui à la transition est une nécessité pour la dignité de la personne ayant une DI ou un TSA. L’appui doit continuer au-delà de l’embauche et prendre la forme d’un coaching visant à assurer le succès à long terme de la carrière professionnelle. Il faut viser le succès et éviter l’échec dans la mesure du possible. C’est une question d’estime de soi », confie M. Beaudin.

Pour s'inscrire ou consulter le programme, cliquez ici.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.