Publicité

23 juillet 2021 - 15:00

Finances personnelles

Le paiement minimum sur les cartes de crédit passera à 3%

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Dès le 1er août, le seuil minimal exigé à titre de versement minimal périodique sur une carte de crédit augmentera d'un demi-point de pourcentage, pour s'établir à 3 % du solde de la carte. Il continuera ainsi graduellement à augmenter chaque année pour atteindre 5 % du solde en 2025.

Rappelons que ces mesures sont entrées en vigueur le 1er août 2019. Depuis cette date, tout nouveau contrat de carte de crédit doit prévoir un versement minimal qui ne peut être inférieur à 5 % du solde.

Ces changements font partie des mesures adoptées par le gouvernement pour prévenir l'endettement. Rembourser davantage que le minimum sur une carte de crédit permet au consommateur de faire des économies importantes sur les frais de crédit.

Par exemple, pour un solde de 1 000 $ sur une carte dont le taux de crédit est à 19,9 %, un consommateur qui ferait un versement minimal de 2,5 % rembourserait sa dette en 14 ans et 7 mois, en payant des frais de crédit de 1 443,99 $. Pour un versement minimal de 5 %, il rembourserait son dû en 6 ans et aurait à payer 441,87 $ en frais de crédit.

L'Office de la protection du consommateur tient à rappeler que les associations de consommateurs offrent des services gratuits et confidentiels aux personnes qui vivent des difficultés financières. Le fait d'arriver difficilement à faire le paiement minimum sur ses cartes de crédit peut être un signal pour demander conseil à une telle association. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.