Publicité

16 juin 2021 - 15:00

Lancer un message positif

« Fête nationale, fête de solidarité à Shawinigan »

Par Catherine Deveault

Un comité de citoyens, regroupé par monsieur Claude Villemure, invite la population de Shawinigan et de toute la Mauricie à manifester, dans le respect des mesures sanitaires, leur solidarité le 24 juin prochain, à  13 heures, au parc Saint-Jean-Baptiste dans le secteur Grand-Mère.  

Sous le thème Fête nationale, fête de solidarité, les citoyennes et citoyens  pourront exprimer leur fierté et revendiquer un appui significatif de Québec pour leur ville et leur région. Une animation musicale viendra agrémenter l’événement au cours duquel le comité désire lancer un message positif. 

« Les gens d’ici sont accueillants et chaleureux. Ils font les petits gestes qui  font la différence. Les gens d’ici savent ce qu’est le courage d’entreprendre, et de se retrousser les manches pour faire face à l’adversité. Ils ont la capacité de créer et d’innover », croit madame France Brisson, copropriétaire de la Rôtisserie St-Hubert de Shawinigan et présidente de la Cité de l’énergie. « Chacun de nous doit s’impliquer chaque jour pour être un artisan du changement. »

Pour sa part, Claude Villemure a été sollicité par plusieurs concitoyens au cours des dernières semaines pour organiser un événement qui permettra à toutes et à tous de se rassembler pour passer un message. C’est ce qui est  à l’origine de l’événement Fête Nationale, fête de solidarité. 

L’homme d’affaires estime avoir été blessé par la décision de sortir le projet de Nemaska Lithium de Shawinigan. « Je n’en veux pas à Bécancour, mais je crois qu’il est important de réaffirmer notre fierté et notre confiance envers notre ville et notre région. Et on veut que ce soit entendu jusqu’à Québec! C’est donc important d’être nombreux à cette manifestation du 24 juin », lance Claude Villemure. 

Plusieurs fermetures

Cette manifestation de solidarité est bien reçue par le maire Michel  Angers et les membres du conseil municipal. Le projet de Nemaska Lithium n’est pas seulement une usine qui aurait donné de l’emploi à près  de 300 personnes. C’est aussi un actif qui aurait rapporté des taxes foncières au bénéfice de tous les citoyens selon le comité. 

« Une ville, ça vit avec des revenus. Et les revenus, ça vient avec des bâtisses, de la brique et du béton. C’est un système de financement des  villes qui est complètement dépassé, mais qui nous est imposé. Une usine qui s’en va, ce sont des revenus qui partent. Et je vous rappelle qu’on a perdu près de 3,5 M$ de revenus avec la fermeture des trois dernières grandes entreprises entre 2007 et 2014 », explique le maire Michel Angers. 

La Ville de Shawinigan a reçu de nombreux appuis des MRC et de  différentes municipalités de la région pour le projet Nemaska. C’est qu’il existe à Shawinigan une importante filière reliée à l’énergie et que Némaska Lithium faisait partie de cet écosystème.

« On retrouve à Shawinigan une main-d’œuvre qualifiée et des entreprises  phares en électrotechnologies et en électrification des transports. On a  une main-d’œuvre qualifiée, que ce soit chez Addénergie, Elmec, Kongsberg Automotive, Camso, Taïga Motors, Laurentide, HDI, Delastek, Movex Innovations, Placeteco, Synapse électronique et d’autres… », lance le maire Angers. « Il faut que Québec donne un appui significatif à Shawinigan pour qu’on puisse poursuivre notre relance économique. » 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.