Publicité

22 septembre 2020 - 06:00

Toute la fin de semaine

Opération OSCAR à Trois-Rivières: 37 établissements visités

Par Salle des nouvelles

Le ministère de la Sécurité publique a sollicité la semaine dernière, les organisations policières pour leur participation à l’Opération OSCAR (Opération systématisée sur les comportements à risques), pour effectuer des visites dans les établissements licenciés. Ceci, afin d’assurer le respect des mesures sanitaires. Ainsi, des équipes de policiers de la Direction de la police de Trois-Rivières ont effectué un total de 63 visites dans les établissements licenciés sur le territoire de la Ville, tout le week-end.

Dans un premier temps, jeudi et vendredi les 17 et 18 septembre, les policiers ont visité 37 établissements afin de rencontrer les tenanciers et s’assurer que ceux-ci possédaient toute l’information sur les mesures sanitaires édictées par la Direction de la Santé publique.

Également, les policiers ont sensibilisé la clientèle sur les enjeux des mesures sanitaires. De ces visites, les policiers ont avisé deux tenanciers de l’obligation de maintenir un registre des clients ainsi qu’un troisième, concernant le port du couvre-visage lorsque les clients se déplacent à l’intérieur.

Par la suite, samedi et dimanche les 19 et 20 septembre, les policiers sont retournés visiter 26 des 37 établissements, afin de s’assurer que l’ensemble des mesures étaient toujours respectées. Un rapport d’infraction général sera acheminé à un tenancier de bar du centre-ville, pour avoir vendu de l’alcool en dehors de la plage horaire permise.

À la lumière des observations effectuées lors de ces visites, la majorité des tenanciers et des clients étaient conformes aux mesures sanitaires et se disent satisfaits du travail effectué par les policiers. Certains commerçants ont affirmé qu’ils aiment mieux fonctionner à 50 % de leur capacité plutôt qu’être fermé à 100 %.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.