Publicité

17 juillet 2020 - 13:00

Manque de main d'oeuvre

Les entreprises bécancouroises à la recherche d'employés

Par Salle des nouvelles

À l’occasion d’une sortie de presse hier, le maire Jean-Guy Dubois, le directeur général de la MRC de Bécancour, Daniel Béliveau et le président-directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Maurice Richard ont pris position sur le milieu de l’emploi à Bécancour et sur la difficulté des employeurs de la Ville à trouver de la main-d’œuvre.

« Nous travaillons fort à sortir d’une pandémie. Et au même moment, il est paradoxal de constater qu’avec un taux de chômage dépassant les 10%, des employeurs se retrouvent en recherche intensive de travailleurs. Arrimer chercheurs d’emplois et employeurs demeure une tâche administrative et non politique… Aussi, nous souhaitons limiter notre intervention à un rôle « d’éveilleurs » de réalité », a affirmé le trio.

Hier matin, deux entreprises de Bécancour se sont unies aux trois notables de la Ville pour susciter l’intérêt de travailleurs à occuper des postes disponibles, ici et ailleurs.

« Nous n’avons nulle intention de nous substituer aux instances gouvernementales qui jouent ce rôle d’arrimage, ont complété les trois hommes. Nous souhaitons, au contraire, complémenter leur mission dans une préoccupation ultime de santé économique régionale. Nous souhaitons ainsi offrir un canal supplémentaire pour chercheurs-employeurs qui serait simple, accessible et facilitant.»

Ent+reprendre Bécancour acceptera ainsi les démarches de chercheurs d’emploi et devra acheminer leurs coordonnées aux entreprises qui manifesteront un besoin, dans l’optique où ces chercheurs n’ont pas de besoins spécifiques relevant d’autres instances spécialisées.

Les services d’Entreprendre Bécancour sont accessibles par le www.egaleplus.com.

« Rappelons qu’il n’est pas sage d’attendre la fin de prestations de tous ordres pour se relocaliser dans un emploi à long terme », a conclu le trio.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.