Publicité

25 juin 2020 - 09:45

Pour assurer les rites funéraires

Réouverture des églises: les entreprises funéraires et les cimetières collaborent

Par Salle des nouvelles

La Corporation des thanatologues du Québec, l’Association des cimetières chrétiens du Québec ainsi que l’Assemblée des évêques catholiques du Québec ont mis en place des mesures pour organiser des funérailles avec la réouverture des églises, qui se fait graduellement depuis lundi. 

Un travail de concertation et de collaboration est fait entre les entreprises funéraires, les cimetières et les églises pour assurer le bon déroulement des rituels funéraires dans le respect des consignes sanitaires gouvernementales de même que la santé et de la sécurité des travailleurs.

Jusqu'à 50 personnes maximales

Un protocole de fonctionnement a été préparé pour permettre aux familles endeuillées de commémorer la mémoire d’un proche décédé. Parmi les mesures en place, un nombre maximal de 50 personnes est permis dans l’église, jusqu’à avis contraire. Il est donc souhaitable que les familles désirant se recueillir pour un service religieux à l’église communiquent avec leur entreprise funéraire, leur église ou leur cimetière afin de prendre des arrangements.

La Corporation des thanatologues du Québec, l’Association des cimetières chrétiens du Québec ainsi que l’Assemblée des évêques catholiques du Québec assurent le respect des volontés de chaque famille dans le contexte des mesures de prévention actuelles.

Les trois organisations collaborent ensembles afin de permettre des rituels funéraires dignes et sécuritaires.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.