Publicité

12 avril 2020 - 09:53 | Mis à jour : 13:19

Dénonciation de pratiques

31 morts au CHSLD Herron : l’avocat Jean-Pierre Ménard blâme le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal

Par Salle des nouvelles

L’avocat Jean-Pierre Ménard blâme le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal dans l’affaire du CHSLD Herron de Dorval où 31 résidents sont morts depuis le 13 mars, dont au moins cinq de la COVID-19.

Me Ménard affirme dans un communiqué que cette histoire d'horreur révélée au grand jour n'est malheureusement pas étonnante. Depuis plusieurs années, il dénonce des pratiques de maltraitance institutionnelle envers les aînés dans les CHSLD au Québec.

« Dans le cas du CHSLD Herron, une entente régionale de services était conclue avec le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal. Cet établissement y achetait donc des places pour envoyer des personnes en attente d'hébergement dans le système public afin de libérer des lits d'hôpitaux. L'horrible situation qui vient au jour à présent démontre que le CIUSSS n'a pas rempli son rôle de surveillance et qu'il n'a démontré aucune préoccupation quant au bien-être des usagers envoyés vers ce CHSLD. »

Me Ménard ajoute que le rapport d'agrément de la résidence, daté de 2017, de même que les visites annuelles d'évaluation de la qualité du milieu, n'a donné lieu à aucune recommandation utile quant à l'amélioration de la qualité des services. Il s'agissait essentiellement, selon lui, de rapports de complaisance.

« Ces pratiques laxistes ont permis à une situation de maltraitance institutionnelle de perdurer pendant plusieurs années. Nous apprenons à présent que le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal avait déjà des préoccupations avant la pandémie quant aux qualifications du personnel et quant au manque de personnel. Malgré tout, la surveillance et l'encadrement de cet établissement étaient à ce point déficients que 20% des résidents sont décédés dans les trois premières semaines de la pandémie sans que le CIUSSS n'en ait même connaissance. Une enquête publique du coroner est le seul moyen de savoir ce qu'il s'est réellement passé dans cet établissement. »

L’avocat souligne que dans l'immédiat, il est impératif que les autorités s'assurent du bien-être des patients dans les autres CHSLD privés de la province, dont les quatre autres établissements appartenant aux mêmes propriétaires.

« L'objectif admis du gouvernement Legault d'améliorer la prestation des soins aux aînés passe en premier lieu par une révision en profondeur du processus d'agrément et des mécanismes de surveillance en place. Plus largement, cette horrible situation vient également mettre en relief l'impossibilité de conjuguer des impératifs de profits avec le bien-être de nos aînés en perte d'autonomie. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.