Publicité
27 février 2019 - 15:00

Heure d'été

Changez d'heure, remplacez les piles

Par Salle des nouvelles

Prévu dans la nuit du 9 au 10 mars prochain, le changement d’heure sera l’occasion de vérifier les piles de votre avertisseur de fumée et son bon fonctionnement. La Société d’habitation du Québec (SHQ) vous rappelle l’importance de ce petit geste de routine qui peut sauver des vies.

La commercialisation de l’avertisseur de fumée, au début des années 1980, a fait passer le nombre de décès par cause d’incendie de presque 200 à une quarantaine par année, en moyenne, selon le ministère de la Sécurité publique.

Une vérification simple et rapide

Puisque l’avertisseur de fumée constitue le meilleur moyen de sauver des vies, il est important de vérifier régulièrement son bon fonctionnement en appuyant sur le bouton d’essai jusqu’à ce que le signal sonore  retentisse. Ce dernier  devrait se faire entendre immédiatement.

Assurez-vous aussi du bon état  de l’appareil  en éteignant une chandelle ou une allumette à proximité. Si votre avertisseur est relié à une centrale, validez auprès des préposés du service à la clientèle que le signal a bien été transmis.

La Société d’habitation du Québec (SHQ) vous rappelle également qu’il ne faut jamais :

  • Débrancher ou retirer la pile d’un avertisseur;
  • Utiliser une pile rechargeable (les piles au lithium sont un bon choix en raison de leur longue durée de vie);
  • Ouvrir le boîtier d’un avertisseur à 120 V;
  • Recouvrir un avertisseur de fumée de peinture ou de papier peint;
  • Prolonger l’utilisation d’un avertisseur dont la durée de vie est dépassée (elle est généralement de 10 ans).

Si vous êtes locataire, votre propriétaire doit vous fournir au moins un avertisseur de fumée par étage, incluant le sous-sol. Cependant, c’est l’occupant du logement qui est responsable de son entretien et des changements de piles.

L’utilisation du changement d’heure comme pense-bête vous assure de vérifier le bon fonctionnement de votre avertisseur de fumée au moins deux fois par année.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.