Publicité
12 décembre 2018 - 14:00

Sollicitation téléphonique pour de l’évaluation énergétique

La Ville de Nicolet vous incite à la prudence avec les fraudeurs

Par Salle des nouvelles

Récemment, plusieurs Nicolétaines et Nicolétains ont signifié à la Ville de Nicolet avoir reçu des appels concernant la visite proposée d’un évaluateur  énergétique ou d’un inspecteur en bâtiment. Méfiez-vous de ce genre de propositions.

 

Des fraudeurs travaillent dans certaines régions du Québec, dont le Centre-du-Québec, pour tenter de vous faire de la vente sous pression. Cet automne, le gouvernement du Québec (Transition énergétique Québec) a d’ailleurs dû rappeler que la prudence est de mise avec de tels types d’appel.

 

Bien que ces entreprises ne font pas de colportage à proprement dit (donc n’ont pas besoin de permis puisqu’il s’agit de télémarketing), ces fraudeurs se font passer volontairement pour des personnes travaillant pour des entreprises de renom afin d’obtenir des renseignements auprès de citoyens qui croient avoir affaire à de réels employés.

 

La Ville de Nicolet n’est associée ni de près ni de loin à cette sollicitation.

 

Transition énergétique Québec incite la population à collaborer. Si vous croyez être victime de sollicitation frauduleuse, voici ce que vous pouvez faire :

 

• Déposer une plaine auprès de l’Office de protection du consommateur

• Communiquer avec la Sûreté du Québec

• Inscrivez-vous à la liste nationale des numéros de télécommunication exclus des appels de vente en composant le 1 866 580-3625.

 

Sachez que si vous avez besoin d’un bilan énergétique, le gouvernement du Québec (Transition énergétique Québec) peut vous en produire un fiable un moyennant certains frais. Pour plus de détails : www.transitionenergetique.gouv.qc.ca

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.