Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
4 juin 2018 - 15:00

Shawinigan rayonnera au Sommet G7

Par Salle des nouvelles

Le DigiHub Shawinigan brillera de belle façon lors du Sommet G7. L’organisation dédiée aux entreprises numériques a participé à l’élaboration de la vitrine de l’innovation, une expérience inédite déployée au Centre international des médias du côté du Centre des congrès de Québec. De plus, le studio de jeux Affordance, une entreprise de son écosystème, verra l’un de ses jeux propulsé devant une multitude de journalistes de partout dans le monde.


Depuis l’automne, l’équipe du DigiHub Shawinigan participe à un comité de travail afin de mettre sur pied une expérience inédite, dédiée aux membres de la presse mondiale à Québec en branle du Sommet G7 de Charlevoix.

Le concept ? Démontrer à l’aide d’une expérience immersive le savoir-faire innovant et technologique du Canada aux quelques 2000 journalistes venus des quatre coins du monde pour couvrir le Sommet.


« Contribuer à cette vitrine de l’innovation est pour nous une belle opportunité et même une consécration. Cela indique que notre gouvernement croit en notre expertise et souhaite entendre notre voix lorsqu’il est question de technologie et d’innovation. Nous sommes d’autant plus fiers de constater que le talent de nos amis d’Affordance est reconnu à juste titre au sein de cette initiative parmi des réalisations de partout au pays », indique Philippe Nadeau, directeur général du DigiHub Shawinigan.


Je pollue «moi non plus»!


Au cœur des composantes retenues pour déployer cette vitrine de l’innovation, le studio de jeux Affordance a su retenir l’intérêt du comité de travail de la vitrine de l’innovation avec sa proposition Global Trivia Impact un jeu visant à évaluer l’empreinte énergétique et la pollution des utilisateurs.


Les journalistes seront ainsi appelés à répondre à des questions pour tester leurs connaissances et bénéficieront également d’une banque d’information sur diverses façons de diminuer leur pollution et leur empreinte sur l’environnement.


« Par ce jeu réalisé en partenariat avec le Centre en efficacité énergétique (C3E), nous visons à sensibiliser les gens au défi mondial du réchauffement climatique. Le G7 est une belle tribune pour cette éducation avec la présence des leaders et journalistes des pays les plus industrialisés au monde », indique Pascal Nataf, CEO chez Affordance.


M. Nataf se dit fier de contribuer à démontrer le meilleur de l’innovation canadienne.

« Nous avons des régions en pleine effervescence et plusieurs petites entreprises poussent sur le terreau fertile de la créativité québécoise. L'industrie du jeu vidéo offre une occasion unique de développement économique et culturel pour les régions du Québec ; cette industrie marie habillement la culture, les arts numériques et la haute technologie telle que l’intelligence artificielle. Ce genre de talents, on les retrouve au Digihub Shawinigan avec des entreprises comme Smartic, Rhum&Code, Attractif ou Comméléo », poursuit l’entrepreneur, aussi vice-président de la Guilde des développeurs de jeux vidéo indépendants du Québec.


De son côté, le C3E est fier d'être associé à la jeune entreprise Affordance afin de déployer cette première version officielle du jeu grâce à une contribution de 125 000$. Ce montant a permis de réaliser le site web, la vidéo promotionnelle, ainsi que tout le contenu du jeu.

« Au lieu d'avoir accès à des réductions sur des produits communs de consommation grâce au jeu, souvent offerts par plusieurs organismes, le C3E souhaite plutôt orienter les utilisateurs à développer des connaissances pour mieux consommer l'énergie et pour protéger notre environnement. Ainsi, les fervents du jeu pourront contribuer de façon concrète à leur épargne tout en encourageant le déploiement d'entreprises dédiées au secteur du développement durable », souligne le président-directeur général Donald Angers.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.