Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Négociations

La nouvelle offre faite aux syndicats est raisonnable, martèle François Legault

durée 09h00
31 octobre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Jessica Brisson
email
Par Jessica Brisson, Éditrice adjointe

La nouvelle offre faite aux travailleurs du secteur public est raisonnable, a martelé lundi François Legault.

«En moyenne, on offre deux points de plus que l'inflation, a soutenu le premier ministre en marge d'une annonce à Québec. On ne peut pas dire que c'est dérisoire.»

«Moi, j'ai une responsabilité aussi face aux contribuables, face à la capacité de payer des contribuables. Je pense qu'une offre moyenne d'augmentation de salaire de 14,8 %, c'est raisonnable», a-t-il ajouté.

M. Legault a rappelé qu'«un pourcent de plus, c'est 600 millions $ par année de plus». «Faites un calcul, je ne pense pas que les Québécois souhaitent qu'on augmente les impôts», a-t-il laissé tomber. 

L'offre de Québec est de 10,3 % d’augmentation salariale sur cinq ans, en plus d’un montant forfaitaire de 1000 $ la première année. 

À cela s’ajoute une somme équivalant à 3 % réservée à des «priorités gouvernementales», ce qui fait que le gouvernement présente son offre comme valant 14,8 % sur cinq ans.

L’offre précédente était une augmentation salariale de 9 % sur cinq ans, à laquelle s’ajoutait le montant forfaitaire de 1000 $ la première année.

On additionnait une somme équivalant à 2,5 % pour les «priorités gouvernementales»; l'offre était donc présentée comme une hausse de 13 % sur cinq ans.

De son côté, le front commun réclame un contrat de trois ans, soit l'Indice des prix à la consommation (IPC) plus 2 % pour la première année, ou bien 100 $ par semaine, selon la formule la plus avantageuse pour les travailleurs.

Puis, il réclame l'IPC plus 3 % pour la deuxième année, et l'IPC plus 4 % pour la troisième année.

Les syndicats sont sortis de leurs gonds à la suite du dépôt de la nouvelle offre de Québec, dimanche, aussitôt qualifiée de «dérisoire».

Le front commun, constitué de la CSN, de la CSQ, de la FTQ et de l’APTS, qui représentent ensemble 420 000 membres, avait déjà annoncé une première journée de grève, le 6 novembre.

La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), qui représente 80 000 infirmières et autres professionnelles de la santé, a de son côté annoncé des premières journées de grève les 8 et 9 novembre.

Les 65 000 enseignants de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) se sont aussi dotés d’un mandat de grève, mais on ne sait pas exactement quand il sera exercé.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


21 juin 2024

Les membres du SPGQ ont approuvé l'entente de principe à 95 %

Les employés de la fonction publique représentés par le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) ont approuvé l'entente de principe avec Québec à 95 %, a annoncé le syndicat vendredi matin. Selon le SPGQ, 83 % de ses 26 000 membres ont participé au vote. L'entente comprend une augmentation salariale de 17,4 % sur cinq ans, ...

20 juin 2024

Les sénateurs adoptent le projet de loi visant à contrer l'ingérence étrangère

Le Sénat a adopté mercredi soir le projet de loi visant à contrer les actes d'ingérence étrangère au Canada. Les sénateurs ont approuvé le projet de loi C-70 après avoir rejeté une proposition d'amendement qui visait à garantir que des innocents ne soient pas pris dans ses filets. Le projet de loi, qui doit maintenant obtenir la sanction ...

19 juin 2024

La Caisse de dépôt et placement contredit Geneviève Guilbault

Contrairement à ce que ne cesse de répéter la vice-première ministre et ministre des Transports, Geneviève Guilbault, ce n'est pas une «grande majorité» des parties prenantes consultées par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) dans le cadre de son analyse de la mobilité à Québec qui ont parlé de «sécurité économique». En fait, ce ne ...