Publicité

21 octobre 2021 - 13:00

Mise à jour sur la COVID-19

Une preuve de vaccination nationale désormais en place au pays

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s’est exprimé aujourd’hui à propos de différentes mesures en relation avec la COVID-19 au pays, notamment sur la mise en place d’une preuve de vaccination nationale pour voyager à l’étranger.

Après avoir annoncé la vaccination obligatoire pour voyager en train et en avion à travers le pays, puis pour les travailleurs de la fonction publique, Justin Trudeau a pris un nouvel engagement supposé faciliter les voyages à l’étranger. 

La preuve de vaccination uniforme est donc désormais disponible presque partout au pays (certaines provinces travaillent encore à sa mise en place) pour les déplacements à l'international. Comme le code QR utilisé jusqu’alors au Québec, ce passeport est téléchargeable sur téléphone ou peut-être imprimé. La preuve de vaccination pourra également être utilisée avec ArriveCAN, l’application mobile et le site Web permettant aux voyageurs de fournir les renseignements qu’ils sont tenus de soumettre lorsqu’ils arrivent au Canada en provenance d’autres pays.

Notons qu’à ce jour, environ 87 % des Canadiens admissibles sont entièrement vaccinés contre la COVID-19, ce qui en fait l’un des pays avec le plus grand taux de vaccination de 12 ans et plus à travers le monde. 

Vaccination des 5-11ans
Lors de sa conférence de presse présentée ce matin, Justin Trudeau a également indiqué que Santé Canada étudie présentement la sécurité et l'efficacité du vaccin Pfizer pour les enfants de 5 à 11 ans. 

« Si et quand ce sera approuvé, nous recevrons des millions de doses au Canada, assez pour vacciner tous les enfants entre 5 et 11 ans. On aura les vaccins nécessaires et on essaiera de le faire le plus vite possible », a affirmé le premier ministre. 

Plan de relance économique
Le Canada a repris 100 % des emplois perdus depuis le début de la pandémie, contre seulement 78% aux États-Unis, d’après ce qu’a expliqué Justin Trudeau ce matin. Cela malgré que certains secteurs soient encore durement touchés comme la restauration et le tourisme notamment. Chrystia Freeland, vice-première ministre et ministre des Finances, a ensuite pris la parole pour détailler les nouvelles mesures qui seront mises en place prochainement dans le cadre du plan de relance économique. 

« Notre économie est en train de reprendre le dessus, mais il est vrai que c’est inégal et que les mesures de la santé publique limitent certaines activités économiques », a-t-elle d’abord précisé.

Rappelons que le programme de soutien existant prendra fin le 23 octobre comme prévu. C’est pourquoi, à partir du 24 octobre, le gouvernement canadien resserre l’étau pour passer à un soutien plus ciblé. 

Tout d’abord, la ministre des Finances a annoncé le prolongement du programme d’embauche pour la relance du Canada, à un taux de 50% jusqu'au 7 mai 2022, dans le but de créer des emplois supplémentaires.

Qui plus est, étant donné que certaines entreprises sont incapables de reprendre toutes leurs activités à cause des mesures sanitaires, le gouvernement instaure deux nouveaux programmes ciblés. 

L’un vise la relance du tourisme en offrant un soutien aux employeurs par le biais de subventions salariales et de l’aide au loyer. Cela à partir de 40 % pour ceux ayant subi une perte de revenu de 40%, et le taux augmentera en fonction du taux de perte, jusqu'à concurrence de 75 %. Ce plan concerne le milieu hôtelier, la restauration et les agences de voyages qui font encore face à des restrictions de la santé publique à la baisse des voyageurs.  

L’autre volet s’adresse aux employeurs qui peuvent prouver qu'ils ont fait face à des pertes importantes. Le taux commence à 10% pour les demandeurs qui ont perdu 50% de leur chiffre d’affaires, et ça peut aller jusqu'à 50% pour ceux qui en ont perdu 75%.

Ces programmes seront effectifs du 24 octobre 2021 au 7 mai 2022. Cependant, ils seront diminués de moitié à partir du 13 mars 2022. Pour être admissible, l'employeur doit avoir fait face à une perte de revenu importante au cours des 12 mois de la pandémie, ainsi que pendant le dernier mois. 

Enfin, Chrystia Freeland a indiqué que le soutien au revenu instauré pendant la pandémie passe désormais à 300 $ par semaine pour les personnes en confinement, y compris celles qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi, ce jusqu’au 7 mai 2022. 

« On veut mettre fin à cette pandémie pour retrouver la normalité, alors faites-vous vacciner si ce n’est pas déjà fait. C’est comme ça qu’on pourra éviter d’autres confinements et relancer l’économie », a conclu M. Trudeau.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.