Publicité

30 décembre 2020 - 13:49

L’exécutif du PQ de Nicolet-Bécancour souligne le parcours de Jean-Guy Paré

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

À la suite du décès de l’ex-député de la circonscription de Lotbinière qui englobait une section du comté actuel de Nicolet-Bécancour, Jean-Guy Paré, l’exécutif du Parti québécois de Nicolet-Bécancour tient à souligner sa contribution, le qualifiant de gentilhomme et de fidèle souverainiste dans un communiqué.

Élu député du Parti québécois dans Lotbinière en 1994, M. Paré a ensuite été réélu en 1998.

Il a également été adjoint parlementaire à la ministre de l'Éducation du 4 septembre 1996 au 28 octobre 1998, au ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du 28 janvier 1999 au 21 mars 2001 et à la vice-première ministre et ministre d'État à l'Économie et aux Finances du 21 mars 2001 au 12 mars 2002.

Défait en 2003, il a su poursuivre sa contribution au Parti Québécois par ses précieux conseils, notamment. Il était encore membre de la commission de vérification de la circonscription de Nicolet-Bécancour avec son ex-collègue député, Michel Morin.

Celui-ci avait d’ailleurs de bons mots pour lui : « Jean-Guy était connu de tout le monde et surtout respecté. Toujours de bonne humeur, il avait un bagage qu’il faisait profiter à de nombreux contacts de son impressionnant réseau entretenu au fil des années ».

Après avoir été député, M. Paré a été élu maire de Saint-Pierre-les-Becquets et a aussi siégé sur de nombreux conseils d’administration.

« Son parcours professionnel a été au service des citoyens et citoyennes. Jean-Guy Paré faisait arriver les choses et toujours dans le respect, toujours avec un sourire et une ferme douceur». Je ne peux que le remercier pour cette vie consacrée à la réussite de notre région », ajoute Jérôme Gagnon, président de l’exécutif du Parti québécois de Nicolet-Bécancour.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.