Publicité

15 avril 2020 - 09:00

Engagement pris le 18 décembre dernier

Le salaire minimum passera à 13,10 $ l'heure le 1er mai

Par Salle des nouvelles

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean Boulet, a confirmé ce matin une hausse de 0,60 $ l'heure du salaire minimum.

Il passera ainsi à 13,10 $ l'heure dès le 1er mai prochain.

Le gouvernement du Québec va donc de l'avant avec son engagement du 18 décembre dernier. Il bonifie du même coup le pouvoir d'achat des salariés à faible revenu.

La hausse du salaire minimum concerne principalement des salariés travaillant dans plusieurs des maillons essentiels de notre économie. Ainsi, à compter du 1er mai 2020 :

• le taux général du salaire minimum passera à 13,10 $ l'heure (+0,60 $);

• le salaire minimum payable aux salariés rémunérés au pourboire sera de 10,45 $ l'heure (+0,40 $);

• le salaire minimum payable à un salarié affecté exclusivement, durant une période de paie, à la cueillette de framboises ou de fraises sera respectivement de 3,89 $ (+0,18 $) et de 1,04 $ (+0,05 $) du kilogramme.

« Notre gouvernement est fier de maintenir son engagement en confirmant la hausse du salaire minimum, souligne Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Il s'agit d'un geste concret permettant de favoriser la reprise économique du Québec. En plus d'assurer une rémunération équitable aux salariés concernés, nous augmentons leur pouvoir d'achat sans nuire à l'emploi et à la compétitivité des entreprises québécoises. Un geste qui témoigne de toute notre gratitude et de toute notre reconnaissance à leur égard. »

Selon Québec, en fonction des données disponibles en date de décembre 2019, la hausse proposée du taux général bénéficierait à 409 100 personnes au Québec, dont 235 700 femmes.

Rappelons que le gouvernement a aussi mis en place le Programme incitatif pour la rétention des travailleurs essentiels, offrant une compensation de 100 $ par semaine, durant la crise sanitaire, aux salariés à faible revenu travaillant dans les services essentiels.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.