Publicité
4 mars 2020 - 12:00 | Mis à jour : 12:14

Après le 3e refus des pompiers sur l'entente de principe

Shawinigan demande un délai pour modifier son schéma de couverture des risques

Par Salle des nouvelles

À la séance publique d'hier soir, le conseil municipal de Shawinigan a adopté une résolution pour demander à la ministre de la Sécurité publique de surseoir à l’analyse de son projet de Schéma de couverture de risques et de lui accorder un délai pour modifier son schéma et le soumettre à nouveau à une consultation publique.

« Le conseil a pris cette décision à la suite du refus des pompiers d’accepter la dernière entente de principe qui avait été conclue avec leur comité de négociation », indique le maire Michel Angers. « C’est la 3e fois depuis le début des négociations, en 2017, que les pompiers rejettent une entente de principe acceptée par leurs représentants. Face à ces refus, aux demandes sans cesse renouvelées et à l’impact important qu’ils peuvent avoir sur le compte de taxes des citoyens, le conseil a le devoir de reconsidérer l’organisation de son service. »

Ces négociations, qui durent depuis plus de trois ans, et la médiation qui a été réalisée, ont déjà coûté près de 100 000 $ aux contribuables. Depuis 2002, la Ville de Shawinigan a mis en place un Service de sécurité incendie correspondant à la catégorie de la ville.

Sur le plan des effectifs, le Service a évolué de façon significative en doublant le nombre de capitaines à temps plein et en engageant 16 pompiers préventionnistes à temps plein. De plus, des équipements spécialisés ont été achetés et des formations ont été données afin de doter le Service de plusieurs spécialités d’intervention, telles que : la désincarcération, le sauvetage nautique, l’intervention en espace clos et l’intervention hors route.

L'évolution du service de Sécurité incendie sur les 15 dernières années.

 

« Les pompiers nous ramènent à la case départ »

De 2006 à 2020, le budget du Service a presque doublé, passant de 2,58 millions $ à 4,52 millions $. De plus, la nouvelle caserne Champlain a remplacé la caserne de l’hôtel de ville, ce qui a représenté un investissement de 4,7 millions $.

« Évidemment, comme l’entente de principe a été rejetée, les clauses qui y étaient incluses ne tiennent plus », affirme le maire Michel Angers. « Après trois ans de négociations et trois ententes de principe rejetées, les pompiers nous ramènent à la case départ. »

Puisqu’il faut reconsidérer l’organisation du Service de sécurité incendie, le conseil doit revoir son Schéma de couverture de risques en fonction de sa disponibilité budgétaire. « Je l’ai déjà dit, on a la chance de pouvoir compter à Shawinigan sur un directeur du Service de sécurité incendie dédié et compétent », a conclu le maire Michel Angers. « François Lelièvre a toute la confiance du conseil et de la direction générale. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.