Publicité

10 avril 2020 - 15:00

Incitation au contact sexuel

Leurre informatique de mineurs : un homme arrêté pour bris de condition

Par Salle des nouvelles

Les enquêteurs de la Direction de la police de Trois-Rivières ont procédé en milieu de semaine à l’arrestation d’un individu en lien avec des accusations de leurre informatique et d’incitation à un contact sexuel.

Le suspect, un homme de 32 ans, a préalablement fait l’objet d’un mandat d’arrestation. Il a été arrêté le 1er avril dernier sous des accusations de leurre informatique, incitation à un contact sexuel, distribution de cannabis à une personne mineure et trafic de stupéfiants.

Ces événements sont tous en lien avec des personnes qu’il contactait par l’entremise des réseaux sociaux. Suite à son arrestation, il a été libéré avec plusieurs conditions, la principale étant de ne pas être en contact avec des personnes mineures.

Une information anonyme acheminée aux enquêteurs a permis de procéder une nouvelle fois à son arrestation dans le secteur Cap de la Madeleine, mercredi après-midi, alors qu’il était dans son véhicule accompagné d’une personne mineure. Il est demeuré détenu et a comparu au palais de justice pour une accusation de bris de condition.

Cette semaine, la Sûreté du Québec a alerté sur l'augmentation de l'exploitation sexuelle de mineurs en ligne par les cyberprédateurs, invitant les parents à davantage de vigilance.

Toute personne voulant partager des renseignements, de façon confidentielle, peut le faire par le programme "Halte au crime" en communiquant au numéro 819-691-2929 touche #7, ou directement sur le site internet du programme à l’adresse halteaucrime.v3r.net.

Sur le même sujet:

Cyberprédateurs : les signalements augmentent, la SQ appelle les parents à la vigilance

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.